Skip to main content

Assis sur une mine d'or

18 April 2016

Le rapport ITIE publié récemment a montré que la production d'or du Burkina Faso a atteint près de 33 tonnes en 2013, en hausse de 9 % par rapport à l'année précédente, et plus de 20 fois la production totale d'or du pays en 2006.

Cette augmentation massive de la production a fait du Burkina Faso le quatrième producteur d'or de l'Afrique. L'expansion rapide du secteur de l'exploitation minière industrielle et artisanale du Burkina Faso au cours des dernières années a abouti à un changement radical dans l'économie du pays, ce qui présente des opportunités et des défis. Selon les statistiques du gouvernement, le nombre de personnes directement impliquées dans l'exploitation minière artisanale est estimé à un million. 

La contrebande de minéraux provenant du secteur de l'exploitation minière artisanale

Bien que la principale partie de la production provienne de l'exploitation minière industrielle (qui représente près de 99 % de la production totale selon les chiffres officiels), la production de l'exploitation minière artisanale est également importante, mais mal documentée. 

La production déclarée de l'exploitation minière artisanale a été de 0,5 tonnes en 2013, mais la production non déclarée a été estimée à au moins 8,8 tonnes selon un rapport publié par la Déclaration de Berne, une ONG examinant les sources d'or de la Suisse. L'étude affirme que la quasi-totalité de l'or produit par les mineurs artisanaux passe les frontières du pays sans être détecté. En 2013, l'ONG a indiqué qu'environ sept tonnes d'or ont quitté le pays non déclarées et ont été exportées vers la Suisse par le Togo. En outre, le rapport ITIE a révélé que seulement 37 des 63 maisons de commerce certifiées ont déclaré leurs revenus au Bureau des Mines et de la Géologie. 

Des changements importants dans des temps turbulents 

Des protestations massives ont forcé le président Blaise Compaoré à démissionner de ses fonctions en octobre 2014, après 27 ans au pouvoir. Un gouvernement de transition dirigé par le président Michel Kafando a été nommé et chargé d'organiser des élections et de faciliter le transfert du pouvoir dans un délai d'un an. 

Le gouvernement par intérim a réussi à introduire des réformes, y compris l'adoption d'un nouveau code minier par le parlement en juin 2015. Le code réaffirme l'adhésion du Burkina Faso à l'ITIE et rend obligatoire la publication de tous les accords et contrats conclus entre le gouvernement et les entreprises minières dans la Gazette officielle du pays. Il appelle également à la création de divers fonds, dont un pour la réhabilitation de l'environnement, l'amélioration de la sécurité sur les sites d'exploitation minière artisanale et l'interdiction de l'utilisation de produits chimiques toxiques. Cette vaste réforme a été promulguée par le président par intérim en juillet 2015. Peu après, cependant, il y a eu un coup d'État militaire avorté pour renverser le gouvernement de transition. Malgré ce revers, le gouvernement de transition a cédé le pouvoir au président démocratiquement élu, Roch Marc Christian Kaboré, en décembre 2015. 

Malgré l'instabilité politique, la mise en œuvre de l'ITIE a continué sans obstacles. L'ITIE Burkina Faso a demandé une prolongation de deux mois pour la publication de son rapport 2013 et a évité la suspension. Le rapport souligne l'importance de la mise en œuvre de ces réformes pour une meilleure gouvernance de ce secteur en pleine croissance. 

Le potentiel de l'ITIE dans l'amélioration du secteur minier artisanal de l'or

L'ITIE pourrait-elle être un catalyseur pour sensibiliser davantage la population et une plate-forme pour des discussions plus approfondies sur le secteur minier artisanal de l'or, dans le but ultime de ramener les recettes d'or au Burkina Faso ? En exigeant que toutes les maisons d'achat divulguent la quantité d'or qui est achetée et vendue chaque année, les données de l'ITIE peuvent montrer comment le secteur fonctionne vraiment. L'ITIE offre également la possibilité de comparer les données du gouvernement avec d'autres sources, telles que le rapport de la Déclaration de Berne. 

Bien que l'ITIE ait traditionnellement mis l'accent sur le secteur formel de l'exploitation minière à grande échelle, elle est de plus en plus utilisée dans certains pays pour fournir une image plus complète de la contribution de l'ensemble du secteur extractif à l'économie. Cela inclut les recettes fiscales, l'emploi, les exportations, les moyens de subsistance, l'investissement et la contribution au PIB par le biais des industries connexes. 

 

Accéder au Rapport du Burkina Faso 2013

Pour plus d'informations sur la transparence extractive au Burkina Faso, visitez la page du pays sur eiti.org.