Blog Posts

Les débats du Conseil du jour constituaient le point culminant de deux journées de discussions stratégiques, de réunions des Comités et d'intenses délibérations toutes dirigées vers un même objectif : renforcer la gouvernance des énergies extractives dans les pays membres de l'ITIE.

Le Suriname a monopolisé l'attention lors de cette deuxième journée puisque le Conseil d’administration l'a accueilli comme 52è membre de l'ITIE.

1er jour de la réunion du Conseil d’administration de l'ITIE à OSLO

Les parties prenantes se félicitent des accomplissements de l'ITIE.

Au niveau international, les débats sur la transparence du secteur extractif ont bien évolué en dix ans. L'ITIE est en première ligne de nombreuses discussions autour des frontières, notamment sur la propriété réelle, le commerce des matières premières et le secteur minier artisanal et à petite échelle. La mise en œuvre de la norme 2016 de l'ITIE,

Les pays africains ont montré le chemin à suivre pour lutter contre la propriété secrète. À travers leur adhésion à l'ITIE, 25 pays africains se sont engagés à dévoiler les propriétaires réels des sociétés qui soumettent des offres, opèrent ou investissent dans le secteur extractif. Ils se sont engagés à communiquer les noms de toutes les personnes politiquement exposées qui détiennent des droits de propriété dans le secteur.

J’ai l’honneur d’être convié cette semaine à Conakry, où le gouvernement guinéen réunit les 21 et 22 février une table ronde sur le développement minier responsable. L’objectif de cette initiative est de susciter un dialogue entre les sociétés minières, les départements de l’Etat et les citoyens guinéens, en particulier les communautés des zones minières, autour d’approches possibles pour accélérer le développement durable et partagé du secteur minier.

« Bon nombre des changements et des réformes que le gouvernement adopte aujourd’hui sont directement imputables aux travaux de l’ITIE Nigéria. »Zainab Ahmed, ministre nigériane du Budget et de la Planification, membre du Conseil d’administration de l’ITIE et ancienne directrice exécutive de l’ITIE Nigéria, lors d’une récente téléconférence du Comité de Mise en œuvre du Conseil d’administration de l’ITIE

Mohamed Said Ould Ahmed, directeur de la recherche et des statistiques au Trésor Mauritanien, et Stephan Eggli & El Hadramy Mohamed Mahmoud, conseillers techniques de la GIZ, sur les efforts de la Mauritanie pour intégrer le reporting ITIE.

Les revenus des industries extractives représentent un enjeu important en termes de poids économique, d'impact sur le budget national et de bonne gouvernance dans la gestion publique plus généralement. En 2014,

A l’heure où les industries extractives tendent vers plus de transparence, les parties prenantes font face à de nouveaux défis liés à la prolifération des données, leur fragmentation, leur dispersion et le contrôle de leur qualité. Il est plus important que jamais de pouvoir relever ces défis afin de soutenir les systèmes existants et les faire gagner en efficacité, d’éviter la duplication, de gérer les attentes,

En mai 2015, l'Union européenne (UE) a adopté la  4e directive anti-blanchiment d'argent  qui prévoit, entre autres, que les autorités gouvernementales recueillent et conservent les informations relatives à la propriété réelle des sociétés dont le siège est établi dans les territoires des États membres.  Il s'agit, selon la directive, d'un moyen de "remonter jusqu'aux criminels qui pourraient autrement masquer leur identité derrière une structure de société".

À qui appartient la société?​

Neuf des pays mettant en œuvre l'Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (ITIE) dans les régions anglophones et lusophones d'Afrique se sont rencontrés à Abuja début novembre pour s'organiser en vue de la divulgation de la propriété réelle. Les discussions ont principalement porté sur la manière d'organiser le processus visant à dévoiler l'identité des personnes qui détiennent les compagnies pétrolières, gazières et minières. Ben Mellor,

Comment l’ITIE peut contribuer à identifier et relever les défis de l’exploitation minière artisanale et à petite échelle​

L’exploitation minière artisanale et à petite échelle (ASM) constitue un moyen de subsistance pour des millions de personnes dans plusieurs pays en voie de développement riches en ressources et constitue une source majeure de développement économique pour de nombreuses communautés rurales et régionales.

Pages