Dernières nouvelles

Anglophones et lusophones passent à l'action et révèlent qui est derrière les sociétés

À qui appartient la société?​

Neuf des pays mettant en œuvre l'Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (ITIE) dans les régions anglophones et lusophones d'Afrique se sont rencontrés à Abuja début novembre pour s'organiser en vue de la divulgation de la propriété réelle. Les discussions ont principalement porté sur la manière d'organiser le processus visant à dévoiler l'identité des personnes qui détiennent les compagnies pétrolières, gazières et minières. Ben Mellor, représentant britannique du département pour le Développement international (DFID) au Nigeria, a souligné que pour franchir une nouvelle étape en matière de transparence et de responsabilité, il convenait de prendre de véritables engagements politiques afin de résoudre des grands problèmes, comme celui de la propriété réelle.

Travailler ensemble

La réunion a confirmé qu'il était nécessaire que les pays mettant en œuvre l'ITIE collaborent avec les agences gouvernementales qui travaillent déjà dans des domaines liés au blanchiment d'argent et aux flux financiers illicites. Cette approche permettra d'accélérer les réformes nécessaires à l'intégration des processus ITIE dans les systèmes gouvernementaux, tout en renforçant la collaboration entre l'ITIE et les agences gouvernementales concernées. Par exemple, l'ITIE de Zambie et le ministère des Mines œuvrent de concert au développement d'un site web national qui recueillera toutes les informations relatives à l'industrie minière du pays. Ceci contribuera à réduire le fossé qui sépare l'industrie minière et d'autres parties prenantes du secteur. Ce site web devrait appuyer et compléter les efforts de l'ITIE et garantir que le public dispose d'informations à jour et fiables afin de nourrir les discussions publiques.

Le modèle nigérian

Les pays mettant en œuvre l'ITIE ont pu tirer des enseignements du processus et du modèle nigérian. Avant l'atelier régional, une journée complète de consultation a été organisée par l'ITIE du Nigeria. Celle-ci portait sur l'élaboration d'une feuille de route pour la divulgation de la propriété réelle. Kayode Fayemi, président du Conseil d'administration de l'ITIE du Nigeria et ministre des Minéraux solides et du Développement, a déclaré aux délégués que la consultation constituait un forum où partager des idées sur la manière de divulguer la propriété réelle, et qu'elle correspondait au programme en trois points du président Muhammadu Buhari visant à lutter contre la corruption, faire croître l'économie et supprimer l'insécurité.
 

Intégrer l'ITIE

D'autres sujets ont été abordés lors de l'atelier régional, notamment la Validation, l'intégration et les données ouvertes pour améliorer l'accessibilité et la comparabilité des données ITIE. Il était évident que l'intégration suit déjà son cours d'une manière ou d'une autre dans la plupart des systèmes gouvernementaux des pays mettant en œuvre l'ITIE. Parmi les bons exemples figurent les registres en ligne du Sierra Leone et du Liberia où sont publiées toutes les données relatives au droit minier et aux revenus y afférents. Autre bon exemple pointé: le portail ITIE en ligne du Ghana, duquel peuvent être facilement téléchargées et visualisées les statistiques relatives à la production et aux revenus, et ce dans différents formats.

Plusieurs évènements ont marqué l'atelier, notamment une soirée dédiée à la cuisine et à la musique nigériannes, et lors de laquelle les participants ont bien dansé.  Comme beaucoup de danses traditionnelles africaines, les danses nigérianes sont réalisées en groupe, plutôt qu'individuellement. Ceci nous rappelle que nous devons inclure toutes les parties prenantes si nous voulons révéler les individus qui sont derrière les entreprises. À l'instar du modèle nigérian, de nombreux pays mettant en œuvre l'ITIE organiseront une consultation des parties prenantes d'ici la fin de l'année.

Pour obtenir davantage d'informations sur les supports des formations et ateliers régionaux rendez-vous sur la page de l'atelier ou www.twitter.com/EITIorg ou www.facebook.com/EITIorg. Pour des photos de l'atelier, cliquez sur l'album Flickr.

Ian Mwiinga est le responsable Communications du Secrétariat de l'ITIE-Zambie