Dernières nouvelles

Un autre type d'essor de ressources naturelles

Ce mois-ci, l'Indonésie a publié le 200ème rapport ITIE.

De nombreux pays mettant en oeuvre l'ITIE font face à un essor considérable en matiere de ressources naturelles. D'autres sont touchés par une baisse des prix des matières premières. Pendant ce temps, un autre essor de profile en toute discrétion : celui de la transparence des ressources. 

Bien que les bénéfices issus des ressources naturelles d'Indonésie seront examinés de la même manière que ceux des autres rapports ITIE, le fait qu'il s'agisse du 200ème rapport nous permet de regarder retrospectivement et faire le point depuis la soumission du tout premier rapport ITIE en février 2005, par l'Azerbaïdjan.

Au cours des huit dernières années et demi, 35 pays ont divulgué – dans 200 rapports – plus de 1,2 trillions de dollars de bénéfices issus des secteurs pétroliers, gaziers et miniers. 

Ce renforcement de la transparence en matière de gouvernance des ressources naturelles prend de l'ampleur, comme vous pouvez le voir dans le graphique ci-dessous.

Au cours des quatre premières années (2005-2009); 50 rapports ont été publiés, et au cours des quatre années et demi suivantes, 150 rapports supplémentaires ont suivi. Rien qu'en 2013, ce sont pas moins de 36 reports qui ont été rendus publics.

Publier les bénéfices est la première étape pour que les gens qui ont la chance de vivre dans un pays riche en ressources naturelles puissent voir les résultats. Mais cela peut constituer un véritable exploit.

Prenez l'Indonésie par exemple. Le pays compte 245 millions d'habitants répartis dans 497 districts, à travers 13 000 îles et et dans lesquelles quelques 750 langues sont parlées. La nature décentralisée du paysage physique et politique de l'Indonésie constitue un défi pour assurer la coordination entre les nombreuses entités gouvernementales. 

Malgré le processus long et complexe de documentation des bénéfices, l'Indonésie est allé plus loin que beaucoup d'autres pays. C'était en effet le deuxième pays mettant en oeuvre l'ITIE (après le Timor oriental) à exiger que plus de 70 entreprises actives dans le domaine de l'extraction des ressources dévoilent en détails les paiements faits au gouvernement sur base de chaque projet au lieu de fournir un chiffre total englobant toutes les activités du pays. Ces informations permettent aux gouvernements décentralisés de mieux surveiller les bénéfices. Les citoyens, à leur tour, apprennent la quantité de bénéfices générés dans leur région.

Chaque pays est confronté à ses propres défis, mais des progrès ont lieu sur de nombreux fronts. Consultez notre rapport de progrès en ligne, lancé ce mois-ci, pour découvrir comment l'ITIE a un impact – parfois avec beaucoup de discrétion – dans un nombre grandissant de pays : http://progrep.eiti.org/2014/