Le changement en Ukraine, une tâche hérculéenne

Dans ce profil ITIE du mois, Olena Pavlenko nous parle de vents contraires, de Yétis, et des progrès réalisés.

Comment initier des changements à l’égard d’un secteur de l'énergie qui stagne depuis une génération ?

Mme Olena Pavlenko, de l'organisation de la société civile Dixi Group, nous donne un aperçu des hauts et des bas qui caractérisent la vie en Ukraine :

« Pour nettoyer une pièce, il faut allumer la lumière. Tout était plongé dans l'obscurité et très compliqué », constate Olena après avoir étudié le secteur de l'énergie ukrainien pendant les 15 dernières années. « C’est seulement en rendant les détails visibles que vous pouvez les changer. »

Issue d'une famille titulaire de doctorats (ses deux parents, son mari et bien sûr elle-même), Olena apporte son esprit mordant, son enthousiasme résolu et sa volonté de fer de contribuer à transformer le secteur énergétique ukrainien.

Avec la publication d'un premier Rapport ITIE prévue plus tard cette année, le processus ITIE progresse en Ukraine malgré les défis.

« Vous devez pousser, puis continuer à pousser, » dit-elle en souriant. Les portes n’étaient pas toujours ouvertes. « La chose la plus difficile pour une OSC est de devoir faire face au silence. Vous envoyez des lettres qui restent sans réponse. Vous faites beaucoup d’efforts pour construire une relation mais il arrive souvent qu’un remaniement du gouvernement ait lieu, vous renvoyant à la case départ. »

Le Yéti ou le mirage de l'ITIE

En s’impliquant une première fois auprès de l’ITIE en 2010, elle a vu le processus comme un outil qui pourrait aider son pays. Le gouvernement a signé une résolution pour mettre l'ITIE en œuvre et a déclaré qu'il était prêt à le faire.

Cependant, traduire et communiquer l'objectif de l'ITIE au gouvernement n'a pas toujours été facile.

Lorsque nous avons commencé à œuvrer en faveur de l'ITIE en Ukraine et expliqué le but de l' initiative aux représentants du gouvernement, ils étaient généralement incapables de se souvenir de l'acronyme. Beaucoup d'entre eux ne parlaient pas anglais et ne pouvaient pas déchiffrer « ITIE ». Dans la langue ukrainienne, ITIE est très long phonétiquement. Au final, l'appellation générale de l'ITIE par le gouvernement était devenue « Yeti ». C’était d'autant plus drôle car l'ITIE, tout comme le Yeti, faisait référence à quelque chose de flou pour la bureaucratie ukrainienne. Lors de rencontres avec des représentants du gouvernement, c’était devenu clair pour eux : « Ah oui, vous êtes la personne qui s’occupe du Yeti, n’est-ce pas ? »

Après quelques hésitations, le processus a démarré réellement fin 2014, avec des réunions plus fréquentes et la préparation du premier Rapport du pays.

« Voici une des raisons pour lesquelles j'aime l’ITIE - elle dispose d’un mécanisme de coopération entre les OSC, les entreprises et le gouvernement. Si toutes ces parties prenantes coopèrent vraiment, les résultats peuvent être importants et rapides. »

« Nous sommes beaucoup à avoir appris cette leçon à travers l’ITIE - entreprises, société civile et gouvernement confondus. Nous avons appris à nous écouter les uns et les autres, et à voir l'ITIE comme une nécessité stratégique pour le développement futur de notre pays. » Les efforts de notre coordinateur national, Larysa Mykytko, de sa collègue Olesya Nekhoroshko, et des autres participants au Groupe multipartite, ont vraiment été utiles.

En effet, un représentant d'entreprise du secteur privé a confié : « Je pensais que l'ITIE était important pour l'Ukraine, maintenant je vois qu'il est vital. » Avec autant de coopération et de bonne volonté, les réunions du Groupe multipartite ont donné un étrange sentiment de vision partagée et n’ont pas correspondu aux clichés des camps opposés et divisés par la culture de l'affrontement.

Ce n’est pas tout rose non plus.

« Le nouveau gouvernement, formé après la révolution, était convaincu que les entreprises extractives dégageaient de gros profits grâce à leurs activités, le conduisant à augmenter les impôts à 55 %. Les sociétés se sont plaintes du nouveau régime fiscal car il a pour effet de réduire la rentabilité à un niveau tel que l'exploration et la production subissent elles aussi des réductions. »

Le débat sur la sécurité énergétique est au cœur des préoccupations, l’Ukraine ayant perdu d’importantes sources d'énergie suite aux hostilités dans l'est du pays.

Les projets pour l’avenir

Pavlenko, qui a récemment été nommée membre du Conseil Mondial de Publish What You Pay (Publiez Ce Que Vous Payez, PCQVP) a poursuivi : « Dans le cadre de la coalition PCQVP Eurasie, les OSC ukrainiennes ont eu l'occasion d'examiner le processus de mise en œuvre de l'ITIE dans la région et ont échangé sur les manières de travailler avec les communautés locales et de présenter des analyses et données. »

Le fait que deux pays de l'OCDE ont commencé à mettre en oeuvre la Norme a donné un nouvel élan à l’ITIE en Ukraine. « Nous surveillons la mise en œuvre de l'ITIE aux États-Unis et en Grande-Bretagne de très près - pour de nombreux politiciens ukrainiens, l'engagement des pays de l'UE et des États-Unis constitue l'argument le plus puissant en faveur de la mise en oeuvre de l’ITIE en Ukraine, dans les plus brefs délais. »

Ses espoirs pour les cinq prochaines années sont formels - « un secteur de l'énergie transparent et responsable dans mon pays ! »

« J’aimerais aussi que d’ici cinq ans, l’ITIE puisse non seulement couvrir les pays qui y adhèrent volontairement, mais aussi faire partie des conditions officielles de la Banque mondiale ou du FMI pour ceux qui désirent coopérer. »

« La transparence n’est pas un problème de “ bonne volonté “ - il est indispensable d'avoir des règles du jeu équitables dans une société. »

Olena a fait de la danse pendant onze ans et joue de la guitare de temps en temps, mais regrette le peu de temps libre. Son travail est très axé sur l'avenir :  

« Nous avons un petit garçon. Comme d'autres, nous sommes impliqués dans l’aide apportée aux soldats et aux migrants internes et comme beaucoup d'autres, nous essayons de changer notre pays pour le mieux - je veux que mes enfants puissent vivre dans un pays moderne et paisible. »

 

Pour en savoir plus sur la mise en œuvre de l'ITIE en Ukraine, visitez la page ITIE du pays et la page d’accueil de L’ITIE-Ukraine.

Dixi Group a cofondé le site ukrainien d'analyses sur l'énergie UKRАЇНСЬКА ENERGЕТИКА.