Dernières nouvelles

Égalité des sexes : l’ITIE passe à un niveau supérieur

Certaines dispositions de la Norme ITIE 2019 visent à améliorer la participation des femmes à la gouvernance du secteur extractif et à encourager la publication de données ventilées par sexe reflétant cette participation. Une enquête récente fait la lumière sur les progrès réalisés par les pays mettant en œuvre l’ITIE pour répondre à ces exigences.   

La Norme ITIE 2019 vise à promouvoir une participation plus large des femmes dans les activités du secteur extractif, en tenant compte du fait que les impacts sociaux, économiques et environnementaux des industries extractives touchent souvent les hommes et les femmes de manière différente, et que les femmes ont tendance à faire face à des obstacles plus importants dans l’accès aux informations et aux espaces de prise de décision. Les expériences des femmes et des hommes dans le secteur sont influencées non seulement par leur sexe, mais aussi par d’autres marqueurs socio-économiques tels que l’appartenance ethnique.

En avril 2020, le Secrétariat international a entrepris une étude de référence pour connaître la situation des pays par rapport aux Exigences de la Norme ITIE. Cette analyse a été actualisée en septembre 2021 et comprend des données supplémentaires sur la composition des groupes multipartites (GMP) et les travaux en cours sur l’égalité entre les sexes. L’enquête a montré une augmentation substantielle de la divulgation de données ventilées par sexe, ainsi que des progrès dans la participation des femmes au processus ITIE. Compte tenu de la pandémie de COVID-19, qui a davantage affecté les femmes et les filles et freiné le travail des groupes de défense des droits de la femme, ces résultats sont encourageants.

Principales conclusions

  • Les femmes nommées au sein des Groupes multipartites représentent 24 % du nombre total de leurs membres, contre 20 % l’année dernière.
  • Dix-neuf pour cent des présidents de GMP et 36 % des coordinateurs nationaux sont des femmes — les chiffres de l’année dernière étaient respectivement de 12 % et 38 %.
  • Soixante pour cent des pays ITIE publient actuellement des informations ventilées par sexe sur l’emploi, contre 33 % l’année dernière.

Évaluer les données : quatre domaines d’amélioration

1. Représentation des femmes au sein des Groupes multipartites : des progrès, mais des lacunes subsistent

Les femmes constituent désormais près du quart des membres des GMP (contre un cinquième l’année dernière), et près d’un président de GMP sur cinq est une femme. Dans cinq pays mettant en œuvre l’ITIE, la moitié ou plus des membres du GMP sont des femmes, et dans neuf autres pays elles représentent un tiers des membres du GMP. L’Amérique latine et les Caraïbes émergent à nouveau comme la région la plus proche de la parité entre les sexes. Si ces progrès sont les bienvenus, il existe 33 cas de collèges du GMP constitués d’hommes uniquement.

L’étude souligne les progrès et les efforts que de nombreux GMP et parties prenantes de l’ITIE ont réalisés sur les questions de genre. Le rôle des secrétariats nationaux a été souligné comme étant particulièrement important pour faire avancer l’égalité des sexes et pour soutenir et coordonner les efforts des GMP. Trente-six pour cent des coordinateurs nationaux de l’ITIE sont des femmes, ce qui représente une légère baisse par rapport à l’année dernière.

L’un des obstacles à la représentation des femmes au sein des GMP est lié à des défis de gouvernance plus larges (par exemple dans le processus de nomination et l’indépendance de la société civile). En outre, il sera important de veiller à ce que cette participation s’exprime de manière active afin que toute augmentation de la représentation des femmes ne soit pas purement nominale. Étant donné que les acteurs spécialistes de l’égalité des sexes (tels que les associations de femmes) sont de plus en plus nombreux à aider les pays ITIE dans leur travail sur cette question, il est important que des efforts soient faits pour soutenir leur représentation dans le processus lui-même.

Il est difficile de replacer les progrès dans leur contexte sans savoir combien de GMP ont eu la possibilité de renouveler leur composition ; la collecte de ces données à l’avenir permettrait d’établir une comparaison plus juste d’une année sur l’autre.

2. Doublement du nombre de pays qui utilisent les rapports ITIE pour divulguer des données ventilées par sexe et concernant l’égalité hommes-femmes 

Trente-trois pays divulguent désormais des données sur l’emploi ventilées par sexe, un taux qui a presque doublé depuis l’année dernière. Parmi ceux-ci, 10 ventilent également les données par entreprise et par niveau professionnel, tandis que 17 proposent des données ventilées par nationalité, ou en fonction du caractère local ou non de l’emploi, mais pas par niveau professionnel. L’Allemagne a publié des informations sur l’écart salarial entre les hommes et les femmes, et le prochain rapport de la Colombie contiendra une série d’informations supplémentaires fournies par les entreprises, notamment sur leurs politiques en matière d’égalité des sexes.  

Parmi ceux qui n’ont pas divulgué de données ventilées par sexe, trois n’ont pas encore publié de rapport ITIE et sept n’ont pas publié de rapport depuis l’adoption de la Norme ITIE 2019. La plupart des pays qui ont publié des rapports depuis l’introduction de la Norme ITIE 2019 ont inclus des informations sur l’égalité des sexes.

Bien que des progrès significatifs aient été réalisés en matière de publication d’informations ventilées par sexe sur l’emploi, les parties prenantes de l’ITIE ont souligné la nécessité de disposer de données sexospécifiques qui soient pertinentes pour les besoins des femmes au niveau local. Il peut s’agir d’informations ventilées par sexe ou liées à l’égalité hommes-femmes sur le contenu local ou l’utilisation des recettes extractives locales.

3. Intégrer les considérations de genre dans les communications et la sensibilisation de l’ITIE

L’intégration des considérations de genre dans les communications de l’ITIE couvre une série de domaines, notamment la sensibilisation aux questions de gouvernance extractive liées à l’égalité des sexes, le ciblage des parties prenantes féminines et l’organisation de rencontres de sensibilisation d’une manière socialement inclusive. Certains pays ont entrepris ce travail en réalisant des analyses sur les obstacles que rencontrent les femmes pour accéder à l’information (par exemple, en Côte d’Ivoire), des ateliers ciblant les femmes et les jeunes (par exemple, au Burkina Faso) et des webinaires sur l’égalité des sexes et les industries extractives (par exemple, en Colombie).

Opérationnalisation du travail sur l’égalité des sexes

Plusieurs pays ITIE ont mené des activités visant à soutenir plus largement la mise en œuvre de l’ITIE dans une perspective de genre. Aux Philippines, le Groupe multipartite a créé un groupe de travail technique sur l’égalité des sexes, avec pour objectif la mise en œuvre des recommandations d’une étude de cadrage sur les questions de genre liées à l’exploitation minière à grande échelle. Plusieurs pays — dont le Burkina Faso, l’Équateur et le Ghana — mènent des recherches afin de documenter leur approche et leur travail. Parallèlement, le Ghana et le Burkina Faso ont l’intention d’élaborer respectivement une politique et une feuille de route pour l’égalité des sexes.

Et maintenant ? 

Sur la base des résultats de cette étude, le Secrétariat international entreprendra des activités visant à accroître la participation des femmes et de divers groupes à la mise en œuvre de l’ITIE en fournissant un soutien ciblé et en renforçant les capacités sur les questions liées au genre, en mettant à jour les directives techniques sur les dispositions ITIE relatives à l’égalité des sexes, en renforçant l’engagement avec les partenaires internationaux et en diffusant les bonnes pratiques.

Le Secrétariat international tient à remercier les parties prenantes pour leur participation à cette étude, qui a permis de publier des informations actualisées sur les progrès réalisés en matière de respect des Exigences de l’ITIE relatives à l’égalité des sexes.   

Crédit photo : Trafigura

Authors: 

Alice Powell

Alice Powell is a research and communications consultant with 10+ years in the natural resource governance field. She specialises in issues related to gender, business & human rights,

Ines Schjolberg Marques

Inês Schjølberg Marques

Directrice des politiques (en congé)

En tant que directrice des politiques de l’ITIE, Inês Marques supervise l’élaboration, la révision et la mise en œuvre de la Norme ITIE ainsi que la préparation de la documentation d’orientation de