Dernières nouvelles

ITIE: la révolution tranquille

A la veille de la 42e réunion du Conseil d'administration de l'ITIE à Kiev, l'ITIE Ukraine a organisé une table ronde sur la transition de l'ITIE, des rapports ITIE à l'encouragement de la divulgation systématique

Une révolution tranquille est en cours à l'ITIE. Depuis ses débuts, des groupes multipartites étaient établis dans chaque pays de mise en oeuvre de l'ITIE avec pour objectif de collecter l'information des entreprises et des entités du gouvernement pour ensuite les publier sous forme de rapports ITIE. Près de 400 rapports ont été publiés à ce jour, et dans de nombreux cas ils ont donné un accès sans précédent à des informations exhaustives sur la gouvernance des secteurs pétrolier, gazier et minier.

En cette ère numérique cependant, il de plus en plus attendu qu'il soit possible d'accéder à des données ponctuelles en ligne. Pour la mise en oeuvre de l'ITIE, ceci signifie que les données doivent être "intégrées". En d'autres mots, les données devant être divulguées conformément à la Norme ITIE doivent être rendues accessibles par le biais des systèmes des entreprises et des gouvernements. Cette transition est déjà en cours - les entreprises le font en fournissant de plus en plus d'informations exigées par l'ITIE dans leurs états financiers annuels ou dans d'autres publications. Les entités du gouvernement penchent pour le gouvernement ouvert et les données ouvertes partout dans le monde, afin que les citoyens aient accès à des informations actualisées. La technologie ouvre de nouvelles possibilités de promotion d'un débat public informé, mettant l'accent sur l'analyse des données plutôt que sur leur collecte. La table ronde a fait état de ces meilleures pratiques émergentes.

La réunion été présidée par Oleksiy Honcharuk du Better Regulation Delivery Office (BRDO) ukrainien. Le BRDO se fait fort d'améliorer les réglementations en établissant des partenariats entre gouvernement et entreprises. Andrii Kitura, Administrateur Indépendant auprès d'EY, a présenté le travail de l'ITIE Ukraine sur les déclarations ITIE électroniques.

Ana Carolina González, membre colombienne du Conseil d'administration de l'ITIE, a souligné le passage de la collecte des données à leur visualisation. Les citoyens s'intéressent à ce qui se passe dans leur région, pas à des chiffres agrégés. "Une fois qu'on leur fournir ce qu'ils recherchent, ils utilisent les données", a-t-elle déclaré. "La société civile en Colombie n'a pas beaucoup utilisé les données jusqu'à présent car celles-ci étaient obsolètes. Il sera intéressant de voir si elle se met à les utiliser maintenant qu'elles sont en ligne."

Pablo Alfonso Anzorena Lozoya, directeur des opérations hydrocarbure du Ministères des Finances mexicain a renforcé ce message en ajoutant "qu'au final, toute l'information que nous publions et que nous collectons, c'est pour le bien de nos populations.". Il existe cependant des défis, tels que le coût de la technologie et la nécessité d'avoir recours à un administrateur indépendant pour examiner la qualité des données.

Lilya Shushanyan, à la tête de l'ITIE Arménie, a montré leur site internet, donnant accès à des informations granulaires. "Vous pouvez trouver toutes les informations pertinentes à l'ITIE. Par exemple toute étude concernant une mine quelconque en Arménie", explique Shushanyan. "Nous n'avons pas besoin d'une grande quantité d'information - cela se transforme en surcharge. Il nous faut des données utilisables, des moteurs d'impact et de réformes, sinon nous ne pouvons pas avoir l'ITIE chez nous. La prochaine étape consiste à s'assurer que nos citoyens utilisent la ressource, et qu'ils s'engagent dans le débat."

Le Secrétariat de l'ITIE, le Conseil d'administration et les soutiens doivent examiner les meilleures façons de soutenir ces approches novatrices en ligne afin qu'elles puissent être approfondies et appliquées aux 52 pays ITIE.