Dernières nouvelles

L'ITIE atteint la maturité dans les Amériques

La 3éme conférence régionale de l'ITIE dans les Amériques marque le début d'une ère nouvelle pour l’ITIE dans la région.

Il ressort clairement des travaux de la seconde partie de la semaine de l'ITIE dans les Amériques que la mise en œuvre de l'ITIE dans la région a pris de l'élan. La période de mise en train est terminée et les pays débattent désormais des meilleurs moyens à utiliser pour tirer parti de la Norme en tant qu'outil de résolution de questions d'importance pour la société et le secteur extractif. Comme l'a déclaré la ministre péruvienne de l'Energie et des Mines, Mme Rosa María Ortiz, « Nous prévalant de la publication récente, pour un dixième exercice financier, de notre rapport ITIE, nous sommes bien placés dans l’utilisation du processus ITIE pour relever les différents défis qui se présentent au sein du secteur extractif péruvien ».

Organisée avec le soutien de la coopération allemande (GIZ), de la Banque mondiale et de l'Organisation latino-américaine de l'énergie (Olade), cette conférence a fourni une occasion à des pays déjà engagés dans la mise en œuvre de l'ITIE de partager des idées et de nouveaux outils pour résoudre les problèmes qui affectent le secteur. Elle a également donné à d'autres pays - l'Argentine, le Brésil, le Chili, le Guyana, le Mexique et la République dominicaine - la possibilité d'en savoir plus sur l'ITIE et sur l'intérêt que la mise en œuvre de l'ITIE représenterait pour la gouvernance de leur secteur extractif. La République dominicaine, le Guyana et le Mexique ont déclaré qu'ils entendaient devenir des membres de l'ITIE. Le Mexique, en particulier, prend actuellement des mesures concrètes en vue de mettre en œuvre l'ITIE. D'après Mme Lourdes Melgar, sous-secrétaire aux Hydrocarbures au secrétariat de l'Énergie du Mexique, ce pays « poursuit ses préparatifs et prévoit de soumettre sa demande de candidature au Conseil d'administration de l'ITIE à temps pour la Conférence mondiale de l'ITIE en février 2016 ».

Le thème ayant suscité le plus de débats au cours des travaux a indéniablement été l'utilisation de l'ITIE face aux enjeux de l'environnement. La présence d'une délégation de Mongolie s'est avérée très utile, car elle a permis des échanges d'idées et d'expériences dans ce domaine. L'ITIE Mongolie a en effet été un pionnier dans l’utilisation de rapports ITIE pour la diffusion d'informations sur la conformité aux règlements de protection de l'environnement. Une séance a été consacrée à un échange d'expériences sur l'emploi et la visualisation de données, avec des exemples pratiques exposés par les représentants du Guatemala, du Pérou, des États-Unis et de la Banque interaméricaine de développement.

Les participants ont tous convenu que l'ère où les rapports ITIE servaient principalement à publier les paiements d'entreprises au gouvernement était désormais révolue. José Ugaz, président du conseil d'administration de Transparency International, a interpellé les participants pendant la séance qu'il a dirigée en matinée sous le thème « La transparence, oui ! Et alors, qu’allons-nous faire ? » en insistant sur le fait que l'information générée doit être utilisée à des fins spécifiques pour être utile. Marcel Ausburger, de la Fundaciòn Ciudadano Inteligente, une organisation chilienne, a ajouté : « Nous avons créé un portail merveilleux, mais personne ne l'a utilisé. Nous avons créé des applications rendant l'information plus accessible aux gens, mais personne ne l'a utilisée non plus. Nous avons alors commencé à utiliser l'information nous-mêmes dans un but précis et là, enfin, nous avons commencé à observer des changements concrets ».  

 

Obtenez de plus amples informations à propos de la conférence régionale sur le site Internet du gouvernement péruvien (en espagnol)

Renseignez-vous sur la Colombie, le Guatemala, le Honduras, le Pérou, Trinité-et-Tobago et les États-Unis sur  les pages pays (à liens) du site Internet de l'ITIE.