Dernières nouvelles

Mesurer les progrès, discuter des entreprises d’État et du soutien juridique

3e jour de la semaine de formation ITIE en Afrique francophone à Abidjan 


Interrogés sur les objectifs de la Validation – le mécanisme d’assurance qualité de l’ITIE – les participants ont donné des réponses variées : reconnaissance des efforts, évaluation de l’impact de la mise en œuvre, certification de la conformité, respect des Exigences, garantie de l’intégrité de l’ITIE, confirmation, consensus, évaluation.
De nouvelles procédures de Validation ont été adoptées par le Conseil d’administration de l’ITIE lors de la Conférence mondiale de Lima en février 2016. La session d’aujourd’hui a permis aux participants de mieux comprendre ces nouvelles procédures et d’échanger leurs expériences en matière de préparatifs pour la Validation. Trois pays francophones de l’ITIE – le Mali, la Mauritanie et le Niger – devraient engager la procédure de Validation cette année.

Dans l’après-midi, une visite à deux entreprises d’État ivoiriennes, la compagnie pétrolière Petroci et la société d’État pour le développement minier Sodemi, a permis aux participants de voir comment la Côte d’Ivoire aborde certaines questions relatives aux entreprises d’État. 

Le directeur général de Petroci, M. Ibrahima Diaby, a accueilli chaleureusement ses homologues venus de quatorze pays d’Afrique francophone mettant en œuvre l’ITIE. L’entreprise Petroci, qui participe au Groupe multipartite de l’ITIE Côte d’Ivoire, a déclaré ses paiements financiers au gouvernement dans ce cadre. Les questions posées ont porté sur la comptabilité technique du recouvrement, sur les questions transnationales de gestion des champs pétrolifères communs transfrontaliers et sur la façon dont la Côte d’Ivoire a fait face à la baisse du prix du pétrole. Les participants se sont particulièrement intéressés aux progrès réalisés par le Centre d’analyses et de recherche de Petroci, qui dispose d’un laboratoire de pointe pour la recherche sédimentologique, géochimique et stratigraphique. 

À la Sodemi, les participants ont été accueillis par le président, M. Yacouba Bamba, par le directeur général, M. Kadjo Kouamé, et par six cadres dirigeants, des finances à la communication. M. Kouamé a souligné que la Sodemi s’est engagée à contribuer à la transparence dans le cadre de l’ITIE. « L’ITIE est comme un passeport, a-t-il dit. Elle signale à nos partenaires commerciaux et à nos partenaires de développement que tout ce qui entre et sort de la Sodemi est enregistré. L’ITIE agit comme une garantie et un moyen de dissuasion ». Une discussion animée s’est engagée sur le rôle de la Sodemi dans le développement du secteur minier et sa participation aux activités de production ainsi qu’à la gouvernance du Groupe multipartite, suivie d’un échange d’exemples entre les pays présents.

Certains participants ont pu visiter la Facilité africaine de soutien juridique. Hébergée par la Banque africaine de développement, elle a pour mission de « renforcer durablement les capacités juridiques en Afrique ». L’équipe de la Facilité a voulu s’assurer que les participants savent qu’elle est là pour les soutenir. La question de la publication des contrats a de nouveau été débattue.

La journée s’est terminée dans un restaurant en dehors de l’hôtel, avec beaucoup de musique et de danse. Après un dur labeur, un peu de détente !