Pour rapprocher l'ITIE des citoyens

Comment l'ITIE peut favoriser une culture du dialogue et de la confiance.

Voici bientôt dix ans que des pays divulguent une information sur leurs revenus extractifs dans le cadre de l'ITIE. Dans de nombreux cas, c’est la première fois qu’ils avaient l’occasion de le faire. Cela nous a amenés à constater que l'ITIE peut également servir à instaurer le dialogue et la confiance face à la gestion des ressources issues du secteur extractif national.

La semaine dernière, des représentants du Pérou, de la Colombie, des États-Unis, du Guatemala, du Honduras, et de Trinité-et-Tobago ont convenu, au cours d'une rencontre régionale, que l'ITIE, utilisée à bon escient, est susceptible de bâtir la confiance et de faciliter le dialogue à tous les niveaux. Les quelques exemples qui suivent montrent comment il est possible d'utiliser l'ITIE comme un outil permettant de rendre l'information sur la gestion de ressources nationales plus accessible à la population.

États-Unis : le cheminement des fonds

L'ITIE aux États-Unis a mis au point un portail de données contenant des renseignements sur les ressources naturelles du pays sur le plan fédéral. Ce site présente en particulier des données relatives aux recettes fiscales dégagées des ressources en pétrole, gaz, charbon et autres minéraux ; une information contextuelle sur la gestion du secteur ; et la possibilité de télécharger des jeux de données à des fins de recherche. Au-delà de son caractère innovant, ce qui fait surtout la valeur du portail de données de l'ITIE-US tient au fait qu'il a été construit à partir des vœux et des besoins du public en matière d'information relative au secteur extractif. Par le fait de concevoir ce portail sous la perspective de l'utilisateur, l'ITIE-US est en mesure d'attirer des groupes plus nombreux dans un débat national, tout en renforçant les systèmes de la gouvernance extractive.

Trinité-et-Tobago : Impliquer les jeunes

Dans la plupart des pays, les ressources naturelles appartiennent à la nation. À Trinité-et-Tobago, l'ITIE (ITIETT) a établi un Comité consultatif des jeunes en 2012 qui a été chargé de « générer des échanges dans le cadre national parmi les jeunes sur la gestion de leur patrimoine... ».  Dans son travail auprès de la jeunesse, l'ITIETT met l'accent sur les 3P : créer une prise de conscience publique, échanger des vues sur les politiques à suivre et établir des partenariats afin qu'un réseau de discussion puisse susciter des idées sur la manière de gérer les ressources extractives nationales. En conviant les jeunes à un tel débat, l'ITIETT facilite la transmission intergénérationnelle de connaissances sur les défis et les opportunités qui entourent la gestion efficace du secteur extractif.

Pérou : Collaboration avec des partenaires et valorisation des opportunités

Au Pérou, près de la moitié des recettes extractives est versée aux administrations régionales et municipales selon une formule établie. Pour rapprocher l'ITIE de la population, l'ITIE-Pérou a lancé des projets régionaux à Piura et Moquegua. Répliquant la structure multipartite à l'échelon régional, ce projet produit son propre rapport ITIE, mais selon un périmètre local.

En outre, l'ITIE-Pérou collabore avec différents programmes locaux à travers un partenariat désigné « Alianza para la Transparencia ». L'un de ces programmes est l'Initiative MIM « Mejorando la Inversión Municipal », qui vise à promouvoir une bonne gouvernance municipale. L'Initiative MIM et l'ITIE collaborent par le biais d'un réseau de responsables locaux qui observent la gestion publique des revenus transférés du gouvernement central à la région en tant que part régionale des recettes extractives, et communiquent leurs observations aux autorités municipales. En collaborant avec d'autres programmes, l'ITIE-Pérou tire parti des possibilités qui se présentent pour donner à des responsables locaux une voix sur la gouvernance de leurs ressources.

D'autres exemples en perspective

Avec l'entrée du Honduras et de la Colombie dans la famille de l'ITIE (ces pays étant devenus candidats en 2013 et 2014 respectivement), nous nous attendons à trouver dans les pays de nouveaux exemples d’approches visant à rendre les citoyens plus sensibles au thème de la transparence. Les raisons qui ont amené les pays individuels à adhérer à l'ITIE sont propres à chacun d'eux, et cela est également le cas des moyens qu'ils utilisent pour que la transparence devienne un outil d'instauration de la confiance.