Dernières nouvelles

Bulletin de l’ITIE: Bonne année !

Bulletin de l’ITIE: Bonne année !

L’année 2009 aura été marquée par une mise en œuvre rapide de l’ITIE dans de nombreux pays :

  • Le nombre de pays mettant en œuvre l’ITIE a augmenté rapidement parmi lesquels deux – l’Azerbaïdjan et le Libéria – sont désormais conformes à l’ITIE.
  • Plusieurs pays tels la Norvège ont débuté la mise en œuvre alors que d’autres pays ont déclaré leur intention de mettre en œuvre l’ITIE, parmi lesquels comptent l’Afghanistan, l’Ethiopie, l’Indonésie, l’Iraq et l'Ukraine.
  • 43 des plus grandes entreprises pétrolières, gazières et minières soutiennent l’ITIE. Plus de 80 investisseurs institutionnels qui gèrent collectivement plus de 16 billions de US$ apportent leur soutien à l’ITIE.
  • Plusieurs nouvelles publications telles le Rapport de suivi de l’ITIE, les Règles de l’ITIE, le Guide de Communication de l’ITIE, le Guide ITIE à l’attention des législateurs, Promouvoir l’ITIE dans le secteur minier, les Notes de bonne pratique de l’ITIE, un film sur l’ITIE ainsi que des Etudes de cas sur l’ITIE ont été lancées en 2009.
  • L’ITIE est devenue l’Association de l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives soumise au droit norvégien.
  • L’ITIE a connu une couverture médiatique importante, notamment par la BBC, the Economist, the Financial Times et Le Monde.
  • L’ITIE a également été soutenue à un haut niveau (consultez notre publication « messages de soutien à l’ITIE »), en particulier lors de la déclaration de soutien des dirigeants du G-20 lors de leur rencontre à Pittsburgh.

Nous sommes impressionnés par ces avancées et remercions tous ceux d’entre vous qui ont contribué à la mise en œuvre de l’ITIE dans les 30 pays Conformes ou Candidats. Lorsque 500 personnes venues de 80 pays se sont rencontrées à la conférence mondiale de l’ITIE en février dernier à Doha, nous avons clairement mis l’accent sur la manière dont l’ITIE peut contribuer au développement. Il n’est pas toujours aisé de démontrer que des efforts pour améliorer la gouvernance ont un impact sur le développement. Ceci est particulièrement vrai lorsqu’il convient de promouvoir la transparence et de combattre la corruption, dès lors qu’il est peu probable que nous sachions un jour quel type de transactions corrompues ou mal gouvernées ont été évitées grâce à une meilleure transparence.

Depuis, ayant participé à des réunions dans une mairie au Libéria, ayant entendu parlé des consultations des communautés minières affectées au Kazakhstan, ayant suivi le débat autour du récent rapport ITIE produit au Nigéria et ayant participé à une réunion du groupe multipartite en Azerbaïdjan, je sais que l’ITIE conduit à des changements. Nous agissons maintenant d’une manière différente. Une culture de transparence et de consultation s’instaure peu à peu. Peu à peu l’idée est acceptée que les citoyens d’un pays doivent pouvoir facilement savoir ce que reçoit leur gouvernement comme recettes provenant des ressources naturelles. J’accueille les efforts qui sont en cours pour analyser ce que nous, grâce à l’ITIE, mais aussi grâce d’autres efforts pour une meilleure gouvernance, avons conduit comme changement.

Au cours des visites du Secrétariat et de mes visites dans la plupart des 30 pays, nous avons été impressionnés par l’intensité des moyens déployés pour mettre en œuvre l’ITIE. Bien que l’impact soit différent dans chaque pays, un point commun est l’amélioration du climat de confiance. Les rapports ITIE – la réconciliation de ce que les gouvernements reçoivent et de ce que les entreprises paient – sont le point de départ pour engager le dialogue et sont de plus en plus employés pour établir la confiance et expliquer aux communautés locales comment est le secteur est géré. Il est également certain que les groupes multipartites de l’ITIE rassemblent des représentants des gouvernements, des entreprises et de la société civile, qui normalement ne se rencontrent pas et créent un climat de collaboration et de responsabilité commune. Un nombre important d’études de cas montre l’impact de l’ITIE sur l’instauration de la confiance dans des pays tels le Libéria, le Cameroun ou le Nigéria.

En 2010, l’une de nos priorités sera de superviser la validation dans la plupart des pays mettant en œuvre l’ITIE. 22 des 28 Pays Candidats sont confrontés à une échéance pour la validation fixée au 9 mars 2010. Pour deux autres pays, l’échéance est fixée plus tard dans l’année. Dans les pays ayant achevé la validation, les recommandations faites pour le rapport de validation devront être mises en œuvre. Devenir Conforme à l’ITIE ne signifie pas que le travail soit terminé. Devenir Conforme est plutôt le signe que les fondations ont été jetées. Nous avons désormais l’opportunité, alors que les leçons nous parviennent du processus de validation, d’affiner les conditions de l’ITIE et de s’assurer qu’elles encouragent les pays à s’appliquer à des progrès continus. Nous allons également porter une attention toute particulière à mettre en œuvre l’ITIE dans de nouveaux pays, en particulier en Iraq et en Indonésie.

L’ITIE continue d’évoluer d’une expérience de gouvernance récente et innovatrice vers une véritable norme globale de référence. 2010 apportera à n’en point douter maints défis et opportunités. Notre succès continuera de dépendre de votre collaboration et de votre soutien. Où que vous soyez, le Secrétariat international de l’ITIE et moi-même vous souhaitons à tous une bonne année. Nous nous réjouissons d’avance de travailler avec vous en 2010.

Avec mes meilleurs vœux,

Dr. Peter Eigen

Président de l’ITIE