Dernières nouvelles

Éthiopie : collecter des données où celles-ci étaient rares

Premier rapport ITIE, données sur le secteur extractif disponibles pour la première fois.

Bien que l’Éthiopie ait une histoire minière, le secteur reste petit. Le premier rapport EITI du pays montre que le secteur minier a contribué aux revenus du gouvernement à hauteur de 131 millions de dollars US pour l’année fiscale du 8 juillet 2013 au 7 juillet 2014. Cela représentait 2,1 % de l’ensemble des revenus du gouvernement en 2014.

Selon le rapport, ils n’y a pas de données disponibles sur le nombre de personnes employées par le secteur minier, toutefois les données collectées par les entreprises estiment qu’au moins 10 550 (ou 2 % de la population active totale) personnes travaillent dans le secteur.

Image :  Rapport EITI Éthiopie, année fiscale 2013/2014

Coup de projecteur sur l’exploitation minière artisanale et de petite échelle

Le champ des personnes dépendantes du secteur minier est plus large si l’on prend également en compte les exploitations artisanales ou à petite-échelle, pour lesquelles il est plus difficile de collecter des données, en raison de la nature informelle du secteur. Entre 300 000 et 350 000 personnes sont engagées dans l’extraction d’or artisanale ou à petite échelle, pendant que cinq à sept millions de personnes sont estimées dépendantes de l’activité minière pour subvenir à leurs besoins. Le gouvernement éthiopien a fait des efforts pour formaliser le secteur en autorisant la National Bank of Ethiopia (NBE) à agir en tant qu’agent-acheteur pour l’or produit par les petits exploitants miniers. La banque propose un taux supérieur de 5 % par rapport au prix officiel de l’or, pour éviter les ventes illégales d’or à des acheteurs non autorisés. Le rapport donne une vision globale du secteur, incluant les types de licences et les données de production estimées.

Conservation de registres des porteurs de licences

Les informations sur les licences détenues par les compagnies qui opèrent dans le secteur de l’extraction du pays, permettent aux citoyens de voir quelles entreprises ont obtenu les droits pour l’exploitation de leurs ressources naturelles. Jusqu’à la publication du premier rapport EITI sur l’Éthiopie, les informations concernant les licences n’étaient pas publiquement disponibles. Les détails des licences détenues par les compagnies pétrolières, gazières et minières, le nom des détenteurs, les dates d’attribution et les durées des licences sont maintenant dévoilés. Conserver un registre public des licences actives encourage l’investissement, optimise la contribution du secteur au pays, clarifie les droits immobiliers et aide à éviter les conflits entre propriété et location de terres. Certaines des entreprises ont également fourni des détails sur leurs propriétaires légaux.

 

Lire le rapport EITI Éthiopie couvrant l'année fiscale 2013/2014 (8 juillet 2013 - 7 juillet 2014)

Pour plus d'informations concernant la transparence   de l'extraction en Éthiopie, voir le site de l'ITIE Éthiopie ou visitez la page du pays sur eiti.org.