Dernières nouvelles

L'ITIE compte désormais 50 (et 51) pays

L'ITIE accueille ses 50e et 51e membres à la veille de la Conférence de Lima.

Le Conseil d’administration de l’ITIE a approuvé aujourd'hui les dépôts de candidature à l’ITIE de la République Dominicaine et de l’Allemagne. 51 pays mettent en œuvre la Norme ITIE désormais.

La République Dominicaine est la première économie d’Amérique Centrale et des Caraïbes. Malgré une longue histoire d’activité minière, le secteur ne représentait jusqu’à récemment qu’une partie relativement petite de l’économie. En 2009, deux sociétés canadiennes, Barrick Gold et Goldcorp, ont entrepris une réhabilitation d’un montant de 4 milliards de dollars US de la mine de Pueblo Viejo, située à environ 100 kilomètres au nord-ouest de la capitale Saint-Domingue. La mine a commencé sa production en 2012. Le projet a été controversé, à la fois au sujet du prélèvement fiscal du gouvernement, et de l’impact social et environnemental. 

Le Ministre de l’énergie et des mines, S.E. Antonio Isa Conde, présent à la 32e réunion du Conseil d’administration de l’ITIE, a déclaré : 

Il s’agit d’un moment historique pour notre pays, car il met fin à une période opaque de l’extraction minière. Cette candidature est vitale pour assurer la transparence et nous aide à renforcer l’engagement de notre système administratif public à veiller aux intérêts de notre pays. Nous accueillons ce défi avec énergie et enthousiasme.

L’ITIE de République Dominicaine vise à rendre accessibles aux citoyens les informations sur les recettes du gouvernement provenant du secteur. Donner à la société civile la capacité de surveiller efficacement la gestion du secteur minier est une préoccupation centrale de la mise en œuvre nationale de l'ITIE. Les représentants de la société civile au sein du Groupe multipartite de l’ITIE en République Dominicaine qui ont participé, ont déclaré :

Nous voyons l’ITIE comme notre opportunité pour assurer la contribution au développement durable de la République Dominicaine de nos industries extractives.  Nous nous engageons à travailler ensemble pour s’attaquer aux défis que représente la gouvernance de ce secteur.

Lors de la réunion du jour, l’Allemagne fut aussi accueillie comme pays candidat. L’Allemagne devient le 4e pays de l’OCDE à mettre en œuvre l’ITIE, rejoignant la Norvège, le Royaume-Uni et les États-Unis. La France, le Mexique et les Pays-Bas préparent eux aussi leur dépôt de candidature.

Le gouvernement allemand soutient l’ITIE depuis sa création, dans le cadre de son programme de développement et d'amélioration de la transparence. La décision de sa mise en œuvre est en partie un acte de solidarité pour « joindre le geste à la parole ». Le Groupe multipartite allemand vise à « contribuer au développement futur de la Norme ITIE, à sa mise en œuvre et à sa reconnaissance en tant que norme mondiale de fait, pour soutenir l’effort mondial pour la transparence et la responsabilité ainsi que le combat contre la corruption dans le secteur minier ».

La mise en œuvre de l’ITIE a aussi un fort intérêt domestique. Bien que l'Allemagne soit généralement considérée comme un pays pauvre en ressources, la valeur totale de sa production de matières premières s’élevait à environ 15 milliards de dollars US. L’Allemagne possède des gisements importants de lignite, de potasse et de sel gemme. L’extraction du charbon, qui doit prendre fin d’ici 2018, est un cas particulier. Le secteur du charbon est subventionné par le gouvernement, ce qui signifie qu’il ne génère pas de versements pour l’Etat. Des activités d’extraction du pétrole et du gaz existent, principalement dans le nord de l’Allemagne et en mer du Nord. Le Groupe multipartite vise à fournir des informations complètes sur l’ensemble des secteurs, et à « promouvoir un vaste débat sur une politique des ressources prenant en compte les aspects de durabilité (économique, environnementale et sociale) ». Une composante clé des projets du Ggroupe multipartite est de garantir l’harmonisation de la mise en œuvre de l’ITIE et l’adhésion aux directives de l’U.E. en matière de responsabilité et de transparence.

Uwe Beckmeyer, secrétaire d’état parlementaire au ministère fédéral de l’économie et de l’énergie (BMWi) et le commissaire fédéral spécial à la mise en œuvre de l’ITIE en Allemagne, ont déclaré : « la mise en œuvre du Standard ITIE reconnu dans le monde entier apportera le cadre pour une plus grande transparence et un meilleur dialogue dans le secteur allemand des ressources naturelles. Avec les parties prenantes de l’économie allemande et de la société civile, nous visons, au cours des prochains mois, à jeter les bases qui permettront à l’Allemagne d’obtenir la Validation l’ITIE ».