Dernières nouvelles

L'ITIE : un élément clef des réformes du secteur extractif au Sénégal

“À travers le processus ITIE, le Sénégal publiera tous ses contrats miniers," a déclaré le Président S.E. Macky Sall.

Afin de rehausser le potentiel de son secteur minier, le Sénégal a soumis sa Candidature officielle pour mettre en œuvre la norme mondiale qui promeut la transparence des revenus issus des ressources naturelles.

La Candidature du Sénégal à l'Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (ITIE) est considérée par le gouvernement comme étant un élément clef du processus de réforme mise sur pied par le pays pour combattre la pauvreté.

À travers l'ITIE, le pays cherche à améliorer la gestion de son secteur des ressources naturelles, à améliorer son engagement auprès des populations locales et à renforcer la compétitivité.

Le Président du Sénégal, S.E. Macky Sall, a déclaré qu'en mettant en œuvre l'ITIE, le gouvernement pouvait garantir avoir reçu tous les revenus dus selon les contrats établis entre le gouvernement et les entreprises minières.

“À travers le processus ITIE, le Sénégal publiera tous ses contrats miniers, ainsi que les revenus provenant de ces contrats.”

Le pays produit actuellement de l'or, des minerais de fer et du phosphate. L'industrie minière représente environ 20 % des recettes en matière d'exportations et 20 % du PIB du Sénégal.

Le PDG de la société minière Randgold, Mark Bristow, a récemment confié à Business Day live que le Sénégal était sa “destination la plus prisée” quand il s'agissait de trouver de nouvelles mines d'or viables et ce, en se basant sur une analyse des opportunités géologiques, la stabilité politique et les avantages fiscaux.

Selon les estimations, les réserves en pétrole du Sénégal s'élèveraient à environ 3,5 milliards de barils et pour les réserves de gaz, à au moins 13 milliards de pieds cubes de gaz naturel.

Défis à venir

Le secteur minier au Sénégal fait face à de multiples défis tels que des limites de capacités, de mauvaises infrastructures, des procédures administratives complexes et des relations tumultueuses avec les communautés affectées. Le haut taux d'illettrisme empêche de nombreux citoyens à travailler avec les sociétés minières désireuses d'employer du personnel technique.

Le Conseil d'administration de l'ITIE examinera avec attention la Candidature du Sénégal et devrait décider si le pays est pays accepté en tant que pays Candidat lors de sa prochaine réunion prévue en octobre de cette année.