Le Nigéria utilise l'ITIE pour réformer le secteur et renforcer la redevabilité

Désormais conforme à toutes les Exigences figurant dans la Norme ITIE, le pays souhaite pérenniser la transparence dans les systèmes utilisés par l’État et les entreprises.

Le Conseil d’administration de l’ITIE a salué aujourd’hui le rôle pionnier que le Nigéria a joué en adoptant un modèle de gouvernance multipartite pour divulguer des données sur le secteur amont de sa chaîne de valeur extractive. Premier pays de l’Afrique anglophone à avoir accompli des progrès satisfaisants dans la mise en œuvre de toutes les Exigences prescrites dans la Norme ITIE, le Nigéria doit désormais ancrer cette transparence dans les systèmes habituels de l’État et des entreprises.

Le président du Conseil d’administration de l’ITIE, Fredrik Reinfeldt, a déclaré : « À bien des égards, la mise en œuvre de l’ITIE au Nigéria est un modèle pour tous les autres pays de mise en œuvre. Dépassant leur objectif initial, les rapports de l’ITIE Nigéria ont orienté les grandes réformes adoptées par le secteur, et notamment par l’entreprise pétrolière d’État NNPC. Nous espérons que le gouvernement continuera de s’appuyer sur le processus de l’ITIE Nigéria pour définir les politiques visant une amélioration de la gouvernance. »

Forte de plus de 15 ans de mise en œuvre de l’ITIE, l’ITIE Nigéria (NEITI) est devenue un observateur indépendant qui oblige les parties prenantes du secteur clé des hydrocarbures, et plus récemment des minéraux solides, à rendre des comptes. Depuis 2017, l’ITIE Nigéria a publié des données cruciales sur l’octroi des licences, l’administration des transferts infranationaux de pétrole et de gaz, les ventes de pétrole brut et d’autres activités de la Nigerian National Petroleum Corporation (NNPC).

Zainab Shamsuna Ahmed, le ministre fédéral des finances du Nigeria et membre du Conseil d'administration de l'ITIE a déclaré: les rapports de NEITI forment la base des réformes dans les secteurs pétrolier, gazier et minier, telles que présentées dans le programme de campagne du Président Muhammadu Buhari. Le gouvernement nigérian, inspiré par l'ITIE, opère à présent des réconciliations mensuelles pour tous les secteurs, pas seulement extractif, augmentant ainsi les revenus du gouvernement."

Actuellement, le premier producteur pétrolier d’Afrique pompe environ deux millions de barils par jour et prévoit globalement de doubler sa production d’ici à 2020. Alors même que le pays mène des activités d’exploration depuis près de 50 ans, ses réserves restent quatre fois supérieures à celle de son concurrent le plus proche, l’Angola. L’économie nigériane demeure largement dépendante du secteur des hydrocarbures, qui représente 65 % des recettes de l’État. Pour autant, le pays peine depuis longtemps à gérer ce secteur, qui est rongé par la corruption et l’usage non contrôlé des revenus.

Le secrétaire exécutif de l’ITIE Nigéria, Waziri Adio, a expliqué : « Grâce aux rapports et aux interventions de l’ITIE Nigéria, les Nigérians connaissent mieux les activités du secteur qui, malgré la faiblesse des prix des matières premières, reste la colonne vertébrale de notre économie. Les citoyens, les groupes de la société civile et les médias ont désormais un meilleur accès aux informations nécessaires pour poser des questions perspicaces et contribuer de façon éclairée à la gouvernance. Progressivement, des gouvernements ont mis à profit les informations tirées des rapports de l’ITIE Nigéria pour récupérer près de trois milliards de dollars US qui seraient autrement restés impayés. Les recommandations de l’ITIE Nigéria tiennent lieu de guide pour les réformes actuellement menées dans les secteurs des hydrocarbures et des mines. »

À eux seuls, les Rapports ITIE ne répondront jamais aux besoins d’efficacité et de durabilité. Les éléments essentiels à la divulgation systématique des données extractives de l’ITIE existent déjà dans certains systèmes des autorités nigérianes. L’intégration dans les systèmes de l’État et des entreprises des déclarations périodiques et dématérialisées représentera un gain de temps pour l’ITIE Nigéria qui pourra se consacrer davantage à l’analyse des données et à l’élaboration des propositions de politiques. Ce travail a déjà commencé avec la série des condensés politiques de l’ITIE Nigéria.