Présidence de l’ITIE : nomination d’Helen Clark, ancien premier ministre néo-zélandais et ancien administrateur du PNUD

Le Conseil d’administration de l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (ITIE) a annoncé aujourd’hui qu’Helen Clark, ancien premier ministre néo-zélandais, était nominée à la présidence de l’ITIE.

L’ancien premier ministre prendra ses fonctions suite à l’Assemblée Générale des membres de l'ITIE [1] prévue pour le 17 juin à Paris. Helen Clark remplacera l’ancien premier ministre suédois Fredrik Reinfeldt qui présidait l’ITIE depuis 2016.

L’ITIE est un organe multipartite international œuvrant pour la promotion d’une gestion ouverte et redevable des ressources pétrolières, minières et gazières. Il compte à l’heure actuelle 51 pays de mise en œuvre.

Fredrik Reinfeldt a déclaré : « Helen Clark est un leader mondial respecté pour les questions de développement durable et de coopération internationale. Je suis ravi qu’elle ait été nommée pour me succéder. L’ITIE vit une époque charnière ; la gouvernance collective et des politiques basées sur des faits sont particulièrement importantes. Ses succès en tant qu’administrateur du PNUD et en tant que premier ministre en Nouvelle-Zélande reflètent son engagement vis-à-vis de la transparence, de la redevabilité et de l’inclusion. Je suis certain qu’elle aura un impact durable sur le travail de l’ITIE pour la bonne gouvernance des ressources naturelles, afin d’assurer que les revenus du secteur contribuent à une croissance et une prospérité durables pour tous. »

Helen Clark a accompli trois mandats successifs en tant premier ministre néo-zélandais de 1999 à 2008. En tant que chef du gouvernement, elle a mené les débats de politique sur une série de questions économiques, culturelles, environnementales et de société, y compris la durabilité et le changement climatique. Elle est ensuite devenue administrateur du PNUD pendant deux mandats, de 2009 à 2017, et elle est la première femme à avoir dirigé cette organisation. Elle a également présidé le Groupe des Nations Unies pour le développement, un comité de l’ONU composé des responsables de tous les fonds, programmes et départements travaillant sur des questions de développement.

« C’est un grand honneur d’être nominée au poste de président de l’ITIE. Je suis convaincue qu’une plus grande transparence et redevabilité dans la gestion du secteur extractif peut contribuer à de réelles améliorations dans les vies des populations, notamment grâce à la croissance économique, l’accès à l’énergie et à des meilleures infrastructures ainsi que grâce à une corruption moindre. Je me réjouis de travailler avec les gouvernements, les entreprises de soutien et les organisations de la société civile pour assurer que l’ITIE obtienne les résultats escomptés. Cela contribuera à réaliser les Objectifs de Développement Durable. » a déclaré Helen Clark.

Le président de l’ITIE est nommé pour un mandat de trois ans. L’ancienne Secrétaire d’Etat au développement international du Royaume-Uni, Clare Short et le fondateur de Transparency International, Peter Eigen, étaient les présidents précédents.


[1] L’Assemblée Générale des membres de l’ITIE est l’un des trois organes institutionnels permanents de l’Association ITIE. L’Assemblé Générale des membres a pour tâche principale de nommer un Conseil d’administration pour un mandat de trois ans. La prochaine Assemblée générale se tiendra dans le cadre de la Conférence mondiale de l’ITIE 2019 les 18 et 19 juin.