Dernières nouvelles

Le président de l'ITIE en Afrique de l'Ouest

Le président de l'ITIE, Fredrik Reinfeldt, s'est rendu en Afrique de l'Ouest dans la semaine du 22 au 26 août. C'est une région se remettant à peine de la crise de l'Ebola et faisant face à des prix bas pour ses minerais. L'ancien premier ministre suédois a rencontré ses homologues en Guinée et en Côte d'Ivoire. Les premiers ministres guinéen, Mamady Youla et ivoirien, Daniel Kablan Duncan ont réaffirmé que leurs gouvernements s'engageaient bien à utiliser l'ITIE pour améliorer la gouvernance de leurs secteurs extractifs.

Monsieur Duncan a également fait part de son intention de parvenir à une croissance à deux chiffres en Côte d'Ivoire (le chiffre étant de 9% pour 2015), en partie grâce à des invesstissements étrangers massifs attendus dans les secteurs minier et des hydrocarbures. Il a également noté le rôle croissant que joue le secteur minier, la production d'or étant passée de sept tonnes en 2010 à 25 tonnes attendues pour 2016.

La Guinée a vu des avancées dans la révision de son code minier et sa politique de publication des contrats, et le ministre des Mines Abdoulaye Magassouba a montré un intérêt particulier pour l'utilisation de l'ITIE dans la gestion des pratiques agressives en matière de prix de transferts. La Guinée est considérée comme un pays riche en matières premières et la bauxite, l'or et les diamants sont les principaux minerais produits. Le dernier rapport ITIE, dont les données datent de 2013, montre que les revenus gouvernementaux sont à 28% composés de recettes du secteur extractif. Le président Alpha Condé affirme cependant que des années de corruption de mauvaise gouvernance et d'instabilité ont empêche le secteur minier guinéen de réaliser son potentiel.

Le président de l'ITIE s'est après son passage en Afrique francophone rendu en Sierra Leone où il s'est entretenu avec le président Ernest Bai Koroma. Ce dernier a confirmé son ferme soutien à l'ITIE, y compris les exigences en matière de propriété réelle. "Nous accueillons favorablement la divulgation de la propriété réelle. Lorsqu'il y a plusieurs niveaux, les gens tentent de se cacher. Nous ne sommes pas fiers de notre expérience sur ce terrain. Je suis convaincu que l'ITIE nous aidera cette fois-ci."

La visite du président de l'ITIE en Côte d'Ivoire coincidait avec la réunion des 14 pays d'Afrique francophone mettant en oeuvre l'ITIE à Abidjan dans le cadre d'un atelier d'apprentissage par les pairs, atelier financé par le gouvernement belge. Au programme l'élaboration d'une feuille de route pour la propriété réelle, les modifications apportées à la Norme ITIE 2016, le mécanisme de Validation, le secteur minier artisanal et à petite échelle ainsi que la transparence dans le commerce des matières premières. Le ministre des Finances ivoirien, Adama Koné, a souligné dans son discours d'introduction les progrès accomplis par son pays dans la gouvernance des secteurs pétrolier, gazier et minier. Le ministre a souligné l'adoption d'une nouvelle législation minière en 2014 et l'intention du gouvernement d'augmenter la part du secteur minier dans le PIB, la faisant passer des 1% actuel à 5% en 2020. Les 56 participants à l'atelier ont également eu l'occasion de visiter les entreprises minières et pétrolières publiques ainsi que la Facilité Africaine de Soutien Juridique abritée par la Banque africaine de Développement. Pour vous faire une idée plus précise de l'atelier, vous pouvez en consulter les blogs (jour 1, jour 2, jour 3).