Dernières nouvelles

Promouvoir les investissements par l'ouverture au Timor-Leste

Précisions sur le secteur: un moteur pour l'investissement en vue du prochain appel d'offres.

En perspective d'un processus d'appel d'offres en bloc prévu l'année prochaine, les chiffres et analyses du nouveau rapport ITIE du Timor-Leste pourraient jouer un rôle clé pour promouvoir les investissements dans les industries extractives du pays et pour sensibiliser les communautés locales sur le sujet.

« La transparence est non négociable pour nous », a déclaré le Ministre du Pétrole et des Ressources Naturelles, Alfredo Pires. « La norme ITIE et les rapports associés nous permettent d'examiner plus en profondeur des problèmes qualitatifs, qui devraient souligner le fort potentiel d'investissement de nos industries extractives » .

Malgré le manque de chiffres de production ventilés par produit, le rapport a fait des progrès significatifs en couvrant le cadre légal des industries extractives, les opérations du Fonds pétrolier et les données ventilées par contrat individuel de partage de production.

Les chiffres

Les recettes issues des industries extractives du Timor-Lestel ont augmenté de 10 % pour atteindre 3,6 milliards de dollars en 2012. Cela a été principalement possible grâce aux 214 millions de dollars de taxes supplémentaires collectées par le National Directorate of Petroleum and Minerals Revenue (NDPMR) et d'autres cotisations et pénalités fiscales.

La structure des recettes est restée largement inchangée depuis 2011, les recettes pétrolières et gazières, les impôts sur le revenu et les taxes supplémentaires sur les bénéfices étant respectivement les trois plus grands contributeurs. L'accélération de la production dans le champ Kitan exploité par ENI depuis octobre 2011 a compensé la production plus faible de ConocoPhillips à Bayu Undan causée par des travaux de maintenance planifiés.

Il s'agit d'un des éléments clés du rapport ITIE 2012 pour le Timor-Leste. Il s'agit du premier rapport du pays sous la norme ITIE, qui marque l'exercice le plus exhaustif à ce jour. Le rapport a été lancé à Dili le 6 février.

Enraciner les rapports

Bien que le rapport ait identifié un écart de 330 millions de dollars entre les paiements au gouvernement et des industries, 9 % de ce total a été causé par l'omission de quatre des 20 entreprises pétrolières, même si l'intégralité des 12 entreprises minières étaient comprises dans le rapport.

« Le Timor-Leste a mis sur pied un solide système de suivi des recettes par le biais de rapports. L'objectif est maintenant d'enraciner ces processus de rapport dans les systèmes gouvernementaux », explique la présidente du conseil d'administration de l'ITIE, Clare Short. « Les futurs rapports pourraient aussi examiner plus en profondeur la gestion des recettes et les priorités de dépense.«

Cela sera essentiel pour définir les priorités du pays. Le pays est connu pour son ouverture quant aux rapports ITIE publiés depuis 2008. Étendre les investissements en amont pour soutenir la production actuelle sera essentiel pour les finances publiques. L'analyse des perspectives d'exploration et l'utilisation des recettes seront essentielles pour mettre en évidence le potentiel du secteur et pour élargir le soutien du public.

 

Pour plus d'informations sur l'ITIE au Timor-Leste, visitez leur site web à l'adresse www.eiti.tl ou la page du pays sur eiti.org.