Dernières nouvelles

Les revenus du secteur extractif de la Sierra Leone décollent

Le rapport ITIE indique que les revenus ont presque quadruplé.

Bien que les revenus issus des secteurs pétrolier, gazier et minier de la Sierra Leone en 2011 étaient inférieurs à 1 % du PIB, ils évoluent rapidement – de 7,5 milliards de dollars US en 2010, ils sont passés à 27 milliards de dollars US en 2011. Les précédents rapports ITIE n'ont constaté aucune augmentation des revenus entre 2006 et 2010, ce qui signifie que l'augmentation de 2011 est significative et qu'elle se compose essentiellement de primes de signature des secteurs pétrolier et gazier. En 2011, les revenus pétroliers et gaziers ont dépassé les revenus miniers pour la première fois.  Bien qu'ils soient toujours peu importants, les revenus issus de l'industrie pétrolière, gazière et minière devraient, selon les prévisions, atteindre 17 % du PIB d'ici 2020. 

Ces chiffres ont été dévoilés dans le cadre de la mise en œuvre de l'ITIE par la Sierra Leone de la norme de l'ITIE. La mise en œuvre de l'ITIE exige une divulgation complète des paiements associés aux entreprises pétrolières, gazières et minières au gouvernement. Le rapport a permis de savoir que les quatre entreprises pétrolières et gazières opérationnelles dans le pays - Talisman, Lukoil, Anadarko, et European Hydrocarbon – représentaient plus de 15 milliards de dollars US de ses revenus, dont pratiquement 14 milliards de dollars ont été payés en primes de signature.  Rien que pour l'entreprise Talisman, cette dernière a généré plus d'un tiers des revenus gouvernementaux totaux issus du secteur extractif. En outre, les 21 entreprises minières – qui extraient de l'or, des diamants, de la bauxite, des minerais de fer et du rutile - ont contribué à hauteur de 12 milliards de dollars US.  

Le gouvernement de Sierra Leone considère l'ITIE comme un élément essentiel dans ses efforts pour améliorer la bonne gouvernance des ressources naturelles : le deuxième pilier de l'agenda national pour la prospérité.  Les réformes incluent le développement d'une politique clef sur les minerais, la mise en œuvre de la Charte sur les ressources naturelles, et la Africa Mining Vision de l'Union africaine.

Comme le Président Sierra-Léonais, Ernest Bai Koroma, l'a déclaré lors du lancement de la publication du rapport à Freetown le 14 janvier : « Mon gouvernement est engagé à éviter les conséquences néfastes d'une mauvaise gouvernance en s'assurant que les richesses issues des ressources naturelles du pays sont exploitées de façon responsable ; et pour le bénéfice de tous les habitants de la Sierra Leone, devenir membre de l'ITIE est une façon de démontrer notre bonne gouvernance dans ce domaine ».   

Le rapport inclut une courte description du cadre juridique du secteur, et des types de licences et de taxes applicables aux secteurs pétroliers, gaziers et miniers.  Le rapport inclut le numéro de licence attribué à chaque entreprise, des informations sur les produits explorés/produits et des détails sur la répartition des capitaux. Certaines entreprises ont également dévoilé leurs chiffres de production.

La Sierra Leone a été temporairement suspendue par le Conseil d'administration de l'ITIE en février 2013 pour ne pas avoir satisfait aux Exigences de la Norme à la suite de deux Validations, le mécanisme de contrôle qualité de l'ITIE. Ce rapport vise à adresser les principales mesures correctives convenues par le Conseil d'administration avant qu'il ne considère lever la suspension.  Le rapport est maintenant en cours d'évaluation par le Secrétariat international qui décidera des suites du processus après un Examen complet du Secrétariat qui sera soumis au Conseil d'administration pour décision.  

 

Pour obtenir plus d'informations, contactez le Directeur régional Eddie Rich.  N'hésitez pas à écouter la chanson ITIE de la Sierra Leone