Les revenus pétroliers et gaziers de l’Azerbaïdjan en baisse

L'Azerbaïdjan a vu une baisse de 11 % de ses revenus pétroliers et gaziers en 2012 selon un récent rapport publié.

Le rapport publié le 10 juillet 2013 met en avant un déclin au niveau des paiements physiques, à savoir les impôts et taxes qui sont payés en barils de pétrole.  Ce déclin n'est pas compensé par la légère augmentation des paiements en espèces reçus par le gouvernement.

L’Azerbaïdjan doit publier de tels rapports chaque année à mesure que le gouvernement met en œuvre la norme mondiale qui promeut la transparence des revenus issus des ressources naturelles : l'Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (ITIE).

Selon le rapport, les revenus issus du secteur pétrolier s'élevaient à 181,1 millions de barils en 2011, alors qu'en 2012, ils ne représentaient que 160,8 millions de barils.

Les paiements physiques pour 2012 équivalent à plus de 18 milliards de dollars US (en valeur monétaire, coûts de transport et autres coûts de vente exclus). Les chiffres sont basés sur le prix moyen par baril appliqué au pétrole vendu sur le marché mondial comme spécifié dans le rapport ITIE.

La conversion pour 2011 donne une valeur monétaire de 20,1 milliards de dollars US, sur la base du prix moyen du Brent pour cette année, ce qui représente une baisse d'environ 11 %. 

Entre temps, le gouvernement d'Azerbaïdjan a reçu 3,1 milliards de dollars US en espèces en 2012, en comparaison à 3,0 milliards en 2011.

Le Directeur exécutif du Fonds d'État pétrolier, Shahmar Movsumov, a déclaré que les rapports ITIE répondaient à l'objectif du Fonds de publier des données sur les ressources naturelles et de sensibiliser la population.

 “Je pense que la nature coopérative de l’initiative et la volonté de promouvoir une meilleure transparence et redevabilité permettront de poursuivre la mise en œuvre de l'ITIE.”

Un représentant de la coalition des ONG ITIE en Azerbaïdjan, Gubad Bayramov, a demandé à ce que le rapport ITIE de 2012 couvre plus en profondeur les secteurs pétrolier et gazier. Il a ajouté que la société civile n'avait pas encore eu l'opportunité de faire savoir son opinion sur ce rapport et qu'elle comptait le faire d'ici la fin août.