Le conte de trois cités

Jour 1 Conseil d'administration aux Congos : 13 avril

Cette semaine promet d'être exceptionnelle pour l’ITIE. Le Conseil d'administration se réunit à Brazzaville dans le cadre d'un programme plus large incluant une formation pour les pays africains francophones, des discussions sur le rôle de l'ITIE dans la promotion de la bonne gouvernance des sociétés nationales de pétrole et des exploitations minières artisanales et à petite échelle, et une série de réunions en compagnie d’intervenants clés des processus au Congo-Brazzaville et en République démocratique du Congo. Le Conseil discutera de sa stratégie pour les 3 à 5 prochaines années et des décisions nationales clés concernant l'Afghanistan, l'Azerbaïdjan et le Tadjikistan. Le programme [lien] est riche et arrive, nous l'espérons, à point nommé.

Aujourd'hui, le Conseil d'administration s’est réparti à travers trois villes avant le début de la réunion du Conseil le 14 Avril.  Une délégation comprenant des membres du Conseil, dont Clare Short, a voyagé autour de  Lubumbashi. Les coordinateurs nationaux et chargés de communication des secrétariats ITIE de 12 pays francophones (plus deux autres retardés) se sont réunis pour la première journée de formation à Kinshasa. La société civile s’est réunie durant toute la journée à Brazzaville.

Lubumbashi - L’ITIE face au cobalt

«  C’est loin d'être parfait, mais nous faisons des progrès solides sur plusieurs fronts. De la divulgation de la propriété réelle et l’attribution des licences et contrats, à la publication d’un plus grand nombre d’indicateurs pour informer le public sur les ressources de notre pays ». C’est ainsi que le professeur Mack Dumba, coordinateur national de l'ITIE-RDC, a débuté une réunion au secrétariat local de Lubumbashi, dimanche, avec la Présidente du Conseil d'administration de l'ITIE, Clare Short, sous une lumière vacillante en raison d’un approvisionnement en électricité instable. Clare et la délégation ont pris connaissance de la bataille difficile que mènent les employés contre une corruption endémique et des pratiques de mauvaise gouvernance, profondément enracinées, qui ont mis le développement du pays à mal durant des décennies.

Les visiteurs ont été informés sur le fait que l'équipe rend visite aux entreprises, les unes après les autres, pour recueillir les montants payés à l'état et ensuite les comparer aux revenus déclarés par les organismes gouvernementaux. Sur cette base, ils déterminent si les entreprises ont payé leurs cotisations et si ces revenus ont été transférés dans les coffres de l'État, au lieu des poches des représentants du gouvernement.

La délégation du Conseil d'administration a rencontré des représentants de 25 entreprises membres de la Chambre des Mines du Katanga, qui joue un rôle actif dans la mise en œuvre du processus ITIE. Plusieurs des représentants d'entreprise ont exprimé leur désir de voir une amélioration dans la responsabilisation du gouvernement.

La délégation a aussi rencontré un groupe de représentants de la société civile du Katanga et de la Province Orientale, dans une salle qui avait été le lieu de débats intenses au sein du comité national de l'ITIE-RDC, portant sur des questions importantes, telles que le besoin d’améliorer la compréhension des dispositions du projet Sicomines. 

Au site minier de Tenke Fungurume, le Conseil d'administration est venu à la rencontre des communautés locales, y compris celles qui avaient été déplacées par la société. Le Conseil a visité des écoles et hôpitaux construits et parrainés par la société dans le cadre de son projet de relocalisation. 

Kinshasa - l’apprentissage ITIE par les pairs en pleine action

Le fait de rassembler les coordinateurs nationaux et chargés de communication de 12 pays africains francophones, ne pouvait être que bénéfique pour favoriser la participation et un apprentissage par les pairs. La séance d'aujourd'hui, qui s’est déroulée à Kinshasa, convenait à merveille, avec des conversations portant sur les différents contextes caractérisant les 12 pays et permettant de catalyser des priorités et des défis communs. Le ministre des Mines, Martin Kabwelulu, a dans son discours d'ouverture fait part du soutien considérable que la RD Congo apporte à cet apprentissage par les pairs.

La session sur les plans de travail s’est axée sur des thèmes plus larges, à savoir : comment rendre l'ITIE pertinente dans les débats publics populaires et comment en faire un instrument pour renforcer les systèmes utilisés par les gouvernements pour la collecte des données. Ce sont clairement des pays très différents. Les priorités de la République centrafricaine ne sont manifestement pas les mêmes que celles du Sénégal. Pourtant, les pays impliqués peuvent choisir parmi les éléments de la Norme qui sont recommandés pour ainsi répondre à leurs besoins et contextes spécifiques.

La session a mis en lumière des différences de perspectives fascinantes entre chaque pays sur le rôle et le mandat de l'ITIE. Quel est le rôle, la force et le mandat de l'ITIE dans un pays donné ? Où se place-t-elle avec d’un côté, la collecte, la présentation et le suivi des informations, et de l’autre, les actions consistant à tenir les parties responsables ? Les participants ont été invités à se concentrer sur les éléments les plus pertinents caractérisant leur situation - ou à « gratter là où ça démange »  plutôt que de produire des données dans le seul but d’en produire.

La session sur les données a permis de souligner des approches différentes aux États-Unis et en République démocratique du Congo, démontrant des sections distinctes de la chaîne de valeur des données. Les données ITIE pour les États-Unis sont disponibles en ligne via un portail de recherche innovant. Le Secrétariat américain travaille sur la segmentation de l'information pour répondre aux besoins des différents types de consommateurs, en utilisant le site USEITI, fournissant ainsi un exemple pertinent sur la nécessité d'évaluer la demande de données et de segmenter le public. Le système de déclaration en ligne ITIE-RDC a été lancé pour améliorer l'efficacité de la collecte et de la réconciliation des données. Le système de la RDC a permis d’économiser environ trois quarts du temps habituellement nécessaire au processus de rapportage et devrait couvrir ses frais au fil du temps.

La séance en groupe restreint portant sur l'analyse du Rapport a renversé les rôles, avec des participants qui ont pris le rôle des validateurs et qui ont mutuellement évalué les Rapports de chacun. 

Brazzaville – La préparation du terrain

La société civile a été la première à se rassembler à Brazzaville mardi et mercredi avant la réunion du Conseil. Dans la soirée, tous les membres du Conseil d'administration étaient arrivés – malgré les vols retardés et les routes tortueuses. Les collèges des pays de mise en oeuvre et pays de soutien se sont réunis dans la soirée pour les préparatifs des jours à venir. 

 

Restez informé avec notre blog quotidien couvrant La semaine de l'ITIE aux Congos.