Dernières nouvelles

Données ouvertes et ITIE

Plus ambitieux, plus exigeant

La conférence mondiale de l'ITIE de Lima a également donné lieu à plusieurs événements parallèles, parmi lesquels s'est démarqué l'atelier EITI Data Storytellers. Cette manifestation avait pour objectif de permettre un partage des expériences et de mettre en place une collaboration pour décider de l'utilisation des volumes de données toujours plus importants résultant des rapports de l'ITIE.

Les activités de l'atelier s'axaient sur différents outils de traitement des données ouvertes, des logiciels et des portails de visualisation, d'interprétation et de présentation des informations, comprenant plusieurs outils d'exploitation utiles comme un design orienté vers l'utilisateur, l'échange de données et des plate-formes permettant l'interopérabilité des systèmes de communication. Combinés entre eux, ils pourraient rendre les informations des rapports ITIE plus accessibles, plus pertinentes et plus utiles.

Cet événement a également mis en lumière l'attention accrue des instances dirigeantes ITIE internationales envers le mouvement général en faveur des données ouvertes. Outre le Partenariat pour un gouvernement transparent, souvent considéré comme un projet apparenté à l'ITIE, avec des dérivés comme Open Data Charter, le monde se concentre dorénavant sur le développement de solides systèmes gouvernementaux de divulgation des données. Même l'Union européenne, institution supranationale, a mis en place le Portail des données européennes.

En Ukraine, les efforts de nombreuses initiatives de société civile se concentrent sur le développement d'outils gouvernementaux comme le portail de données récemment lancé, le portail pour les services de l'e-gouvernement, et sur la création de registres publics comme le registre des personnes exposées politiquement. Le premier rapport UAITIE a quant à lui produit quelques données intéressantes, mais les OSC réunies sous la bannière de l'association pour la transparence énergétique demandent plus.

Parmi ces entreprises de sensibilisation, le groupe DiXi plaide pour l'adoption d'une loi de rapports obligatoires dans la lignée des directives comptables et de transparence de l'UE et des normes ITIE. Cela signifie non seulement des rapports projet par projet, mais également une divulgation de données exhaustive de la part du secteur des affaires et du gouvernement dans le domaine des industries extractives.

L'idée a émergé de sessions d'information régionales ITIE en Ukraine avec des communautés demandant à établir un mécanisme de rapports par les sociétés et par les autorités gouvernementales locales sur les paiements, les programmes sociaux et les mesures de gestion des questions environnementales.

Au niveau mondial, l'intention de l'ITIE d'imposer les données ouvertes doit faire face à des défis d'ordre fonctionnel (priorité d'approfondissement vs priorité d'élargissement), politique (moyens de faciliter l'intégration de ces questions dans les pays riches en ressources mais non-démocratiques), et technique (assurer l'interopérabilité avec les systèmes de divulgation existants).

Enfin, cela signifie également que l'ITIE devra se repositionner dans le monde intégré des données ouvertes. Elle devra se faire sa place parmi les autres initiatives pour un gouvernement transparent qui ont poussé comme des champignons ces dernières années.

. La politique de données ouvertes de l'ITIE est déjà basée sur les leçons tirées à la fois d'une expérience nationale et internationale. Les acteurs mondiaux devraient se concentrer sur son application – en particulier, comme une partie essentielle de la Norme ITIE mise à jour qui facilite l'intégration des procédures de rapport ITIE dans les systèmes de données gouvernementaux.

 

Roman Nitsovych est le directeur de programme de réflexion ukrainien Dixi Group qui se concentre sur la promotion de l'intégration européenne, des réformes du marché et une plus grande transparence du secteur énergétique ukrainien. Roman bénéficie d'une expérience dans l'élaboration de recommandations pour améliorer la gouvernance des industries extractives et il coordonne les activités du site de l'UAITIE.