Dernières nouvelles

Préparatifs et positions communes pour Berne

Réunions des collèges, transparence dans le commerce des matières premières pour la réunion du Conseil d’administration

Les collèges qui gouvernent l’ITIE ensemble – la société civile, les pays de mise en œuvre, les pays de soutien et les entreprises de soutien – se sont réunis mardi afin de préparer la réunion du Conseil d’administration de l’ITIE qui commence mercredi. En parallèle, une réunion publique sur le commerce des matières premières explorait les voies à suivre pour améliorer la transparence dans le commerce qui fait la renommée des entreprises suisses.

Une voix pour les pays de mise en œuvre

Les représentants des pays de mise en œuvre étaient plus nombreux que d’habitude à la réunion prévue pour parvenir à une position commune portant sur les points clés à l’ordre du jour de la réunion du Conseil d’administration. Les membres du Conseil d’administration Didier Agbémadon (Togo), Abdoul Aziz Askia (Niger), Gbehzongar Milton Findley (Libéria) et Shahmar Movsumov (Azerbaïdjan) étaient entourés de douze coordinateurs nationaux des pays de mise en œuvre de l’ITIE pour discuter de questions stratégiques et de gouvernance telles que la représentation au Conseil d’administration, des modifications suggérées à la Norme ITIE, la propriété réelle et la Validation.

Les représentants des pays de mise en œuvre ont discuté de la nécessité de renforcer leur voix en améliorant la coordination. Ils se préparent, comme les autres collèges, à nommer des membres pour le nouveau Conseil d’administration de l’ITIE qui sera nommé à Lima au mois de février, lors de la Conférence mondiale 2016.

Refléter le large spectre des réalités

Le groupe des pays de mise en œuvre souhaite que la Validation reconnaisse les progrès en termes d’améliorations à la gouvernance des ressources naturelles, plus particulièrement dans les situations où il n’a pas été possible de remplir toutes les Exigences de l’ITIE. Dorina Cinari, le coordinateur national de l’ITIE Albanie a dit : « La Validation doit refléter les couleurs. Elle n’est pas en noir et blanc. » Abdoul Aziz Askia, membre du Conseil d’administration et coordinateur national de l’ITIE Niger a ajouté : « Nous devons trouver un bon équilibre entre la Norme ITIE et la réalité dans les pays de mise en œuvre. » Le Conseil d’administration va débattre des options permettant d’améliorer le mécanisme de Validation mercredi..

Plus d’ouverture dans le commerce des matières premières

« L’ITIE n’est pas la panacée, mais elle fait très certainement partie de la solution » a déclaré Jonas Moberg, chef du Secrétariat international lors de la conférence sur la transparence dans le commerce des matières premières. La réunion a permis à des représentants des pays de mise en œuvre, des négociants basés en Suisse, des sociétés pétrolières internationales et à la société civile de se retrouver.

Le négoce des matières premières représente 4% du PIB Suisse selon la Swiss Trading and Shipping Association, faisant ainsi de la Suisse l’un des points névralgiques du commerce dans le monde. Ceci étant dit deux tiers à peu près des échanges se font avec des pays qui ont des cadres de gouvernance faibles selon Raymund Furrer, le Secrétaire d’Etat de la Division pour la coopération et le développement économiques en Suisse, ouvrant ainsi la conférence.

La réunion a porté sur la mise en œuvre des Exigences de la Norme ITIE y compris les ventes par les compagnies pétrolières d’Etat de leurs revenus en nature (Exigence 4.1.c). Etant donné qu’il est largement reconnu que la transparence devient une norme mondiale, la question de couvrir la vente de matières premières par les compagnies pétrolières d’Etat aux négociants est accueillie favorablement par tous les participants, y compris les représentants de la STSA et les négociants tels que Trafigura.

Trafigura a noté que l’ITIE est le seul forum et le seul instrument multipartite permettant une participation constructive en termes de transparence. « L’ITIE à ses débuts apparaissait comme une aberration mais le secteur extractif dans son ensemble y est à présent favorable. Nous imaginons qu’il en ira de même pour le négoce » a déclaré Andrew Gowers, le président monde des affaires institutionnelles de Trafigura lors de la réunion. « Lorsque vous observez de telles tendances, il est bon de prendre les devants en tant que négociant ».

La réunion s’est largement accordée à poursuivre ses discussions multipartites et à fournir des lignes directrices aux pays mettant en œuvre l’Exigence 4.1.c de la Norme ITIE.

Le directeur pays Alex Gordy a contribué à présenter la réunion sur le commerce des matières premières.