Augmentation importante des revenus pétroliers et gaziers au Mozambique

Leur dernier rapport ITIE montre un secteur en croissance, mais ne jouant toujours qu'un rôle mineur dans l'économie.

Au Mozambique, les revenus du gouvernement provenant des industries extractives ont atteint environ 100 millions de dollars US en 2011. Les chiffres ont été révélés par le quatrième rapport ITIE du Mozambique, publié en début de semaine.

Ces revenus ont augmenté de presque 60 pour cent par rapport à l'année précédente. L'augmentation reflète l'importance grandissante du secteur. Le Mozambique détient des gisements de charbon et de gaz naturel de classe mondial dans ses provinces du nord, ainsi que d'autres minéraux.

Au cours des années passées, certaines des plus grandes sociétés minières et pétrolières du monde ont investi au Mozambique. Le charbon est déjà exporté, tandis que la production sur les gisements étendus de gaz off-shore du bassin de Rovuma n'a pas encore commencée.

Les hydrocarbures contribuent davantage que l'industrie minière

Anadarko, une entreprise d'hydrocarbures d'Amérique du Nord, était le plus grand payeur de taxes sur les 39 entreprises ayant participé au processus de déclaration. Dans le secteur minier, c'est le géant brésilien Vale qui a le plus contribué.

Les paiements effectués par les sociétés pétrolières et gazières représentent 69 pour cent des revenus déclarés, malgré l'existence de plusieurs entreprises opérant dans le secteur minier.

La plus grande source de revenus du secteur extractif était l'impôt sur le revenu des sociétés, contribuant aux caisses de l'État avec une somme de près de 55 millions de dollars US. Près de 90 pour cent de cette somme a été versée par les sociétés d'hydrocarbures, tandis que les sociétés minières ont contribué d'environ 10 pour cent.

Les revenus provenant de l'impôt sur les sociétés ont augmenté de 65 pour cent et représentent 59 pour cent de tous les revenus de l'industrie extractive en 2011.

Un secteur restreint mais en croissance

Le rapport ITIE 2011 montre que le secteur des industries extractives ne joue encore qu'un rôle mineur dans l'économie, ne représentant que deux pour cent du produit intérieur brut. Cependant, en 2012 les industries pétrolière, gazière et minière ont été le secteur le plus dynamique, contribuant à propulser la croissance du PIB à 7,4 pour cent.

La plupart des projets de grande envergure sont dans leur phase initiale, ce qui explique les chiffres de production et de paiement de l'impôt relativement faibles par rapport aux dizaines de milliards de dollars d'investissements. Le Mozambique dépend encore fortement de l'aide étrangère, bien que le pourcentage d'aide soit en baisse par rapport au revenu global.

Le budget de l'État en 2011 était de près de 4,5 milliards de dollars US. Les revenus miniers n'ont couvert qu'environ deux pour cent de ce budget, alors que près de 45 pour cent du budget a été financé par des subventions et des prêts étrangers.

 

Veuillez vous rendre sur cette page pour plus d'informations concernant la mise en œuvre de l'ITIE au Mozambique.