Dernières nouvelles

Président Obama: Les États-Unis vont mettre en œuvre l'ITIE

NEW YORK/OSLO, 20 septembre 2011 – À l'occasion du lancement de l'Open Government Partnership (OGP - Partenariat pour une gouvernance transparente) aujourd'hui à New York, le président américain Obama a déclaré que les États-Unis vont mettre en œuvre l'ITIE.

Dans son discours, le président Obama a affirmé: "Aujourd'hui, je peux annoncer que les États-Unis se joindront à l'initiative mondiale à laquelle ces industries, gouvernements et société civile œuvrent tous ensemble pour plus de transparence afin que les contribuables reçoivent de l'extraction des ressources naturelles chaque dollar qui leur est dû."

Dans le Plan d'action national de l'OGP des États-Unis, le gouvernement américain déclare "s'engager ainsi à mettre en œuvre l'ITIE afin de garantir que les contribuables reçoivent de l'extraction des ressources naturelles chaque dollar qui leur est dû".

À la suite de cette annonce, la présidente de l'ITIE Clare Short a déclaré: "Nous nous réjouissons de l'engagement du président Obama à mettre en œuvre l'ITIE. Cela démontre que les États-Unis et les autres pays développés peuvent tirer parti du respect la norme ITIE. Les autres pays développés devraient suivre l'exemple des États-Unis."

L'ITIE est une norme mondiale pour l'amélioration de la transparence en matière de revenus tirés des ressources naturelles. La norme ITIE est actuellement mise en œuvre dans 35 pays à travers le monde. 29 d'entre eux ont publié les paiements des entreprises aux gouvernements dans les Rapports ITIE, dévoilant à leur citoyens, souvent pour la première fois, combien percevait leur gouvernement sur l'extraction de leurs richesses naturelles. La Norvège fut le premier pays de l'OCDE à mettre en œuvre l'ITIE.

Commentant les événements de cette année au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, Mme Short a déclaré:

"Le Printemps arabe promet la démocratie et l'ouverture. Nous espérons que des pays comme l'Égypte et la Libye mettront en œuvre l'ITIE afin de garantir que leurs ressources naturelles sont gérées pour le profit de leur peuple. Le temps de la dilapidation des richesses tirées du pétrole et des ressources naturelles doit arriver à sa fin."

La vidéo de l'annonce par le président Obama de la mise en œuvre de l'ITIE lors du lancement de l'OGP est à présent disponible »

Cet article a été mis à jour pour inclure les détails du discours du président Obama. Image fournie par la Maison Blanche.

 

Notes aux rédacteurs

  1. Les demandes de matériel et autres questions peuvent être adressées à Anders Tunold Kråkenes, +47 4666 2888 akrakenes@eiti.org, ou Eddie Rich, +47 90914064 erich@eiti.org.
  2. Pour obtenir davantage d'informations sur le programme et les disponibilités de Clare Short, présidente de l'ITIE à New York et Washington DC, veuillez suivre ces conseils aux médias sur le site Web de l'ITIE: http://eiti.org/news-events/media-advisory-eiti-chair-clare-short-new-york-and-washington-week
  3. L'Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE) se fonde sur une idée simple: les entreprises et gouvernements devraient dévoiler les paiements relatifs aux ressources naturelles, qui appartiennent en fin de compte aux citoyens du pays.
  4. Lorsqu'un pays suit la norme ITIE, les montants de ces paiements sont rendus publics et rapprochés de manière indépendante afin que la population soit en position de contester le mauvais usage que ferait le gouvernement de leurs ressources.
  5. Les 35 pays sur la voie de la mise en œuvre de l'ITIE sont: l'Afghanistan, l'Albanie, l'Azerbaïdjan, le Burkina Faso, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, le Gabon, le Ghana, le Guatemala, la Guinée, l'Indonésie, l'Irak, le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Libéria, Madagascar, le Mali, la Mauritanie, la Mongolie, le Mozambique, le Niger, le Nigeria, la Norvège, le Pérou, la République centrafricaine, la République démocratique du Congo, la République du Congo, la Sierra Leone, la Tanzanie, le Tchad, le Timor-Leste, le Togo, Trinidad et Tobago, le Yémen et la Zambie.
  6. 12 pays ont à présent obtenu le statut Conforme à l'ITIE. Le Mali a récemment rejoint la République centrafricaine, le Ghana, la République kirghize, le Libéria, la Mongolie, le Niger, le Nigeria, la Norvège, le Timor-Leste et le Yémen en tant que pays conforme à l'ITIE.
  7. La transparence ne garantira pas à elle seule une bonne gestion des ressources extractives mais il est très probable qu'elle mènera vers de meilleurs profits pour la population et une gestion plus efficace du secteur. Les défis pour l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient et autres pays riches en ressources naturelles sont immenses, mais l'ITIE est un bon départ – se concentrant sur les industries et revenus qui peuvent être mis à profit afin de transformer ces sociétés.
  8. L’ITIE est une coalition de gouvernements, d'entreprises, de groupes de la société civile, d'investisseurs et d'organisations internationales. Toutes ces entités sont représentées au Conseil d'administration. Le Secrétariat international de l'ITIE est accueilli par le gouvernement norvégien à Oslo et a été ouvert officiellement le 26 septembre 2007.
  9. Depuis que l'idée a été exposée en 2002, l'ITIE a évolué pour devenir la norme mondiale de transparence des revenus dans les industries extractives. En mettant en œuvre l'ITIE, les pays rassemblent les entreprises, les représentants de la société civile et des gouvernements pour surveiller et justifier les paiements faits aux gouvernements par les compagnies extractives actives dans leur pays. Les pays qui ont respecté tous les indicateurs opérationnels et de rapport définis dans les directives de l'ITIE et ont achevé un processus rigoureux de validation sont alors considérés Conformes à l'ITIE, établissant par là que les normes de rapport sur les revenus du pays dans le secteur extractif ont atteint un excellent niveau de transparence.
  10. L'honorable Clare Short est présidente du Conseil d'administration de l'ITIE. Elle a été secrétaire d'État chargée du Développement international en Grande-Bretagne de 1997 à 2003. Elle a joué un rôle clé dans la promotion au niveau ministériel du département britannique responsable du développement durable et de l'élimination de la pauvreté. En 2003, Mme Short a démissionné de son poste de secrétaire d'État chargée du développement international suite à la guerre en Irak. Après presque trente ans en tant que membre du parlement du Royaume-Uni, Mme Short s'est retirée en 2010. Depuis 2006, elle a été membre de l'Advocacy Panel of Cities Alliance, une alliance de la Banque mondiale, de UN-HABITAT, de partenaires du développement et des autorités au niveau local engagés à atteindre les objectifs de l'Onu en matière de développement de villes sans quartiers pauvres. Elle est membre de l'Advisory Committee of International Lawyers for Africa (Comité consultatif des avocats internationaux pour l'Afrique) et Trustee of Africa Humanitarian Action (administratrice de l'Action humanitaire en Afrique).
  11. Le présent communiqué de presse et les autres publications ITIE sont disponibles sur le site Internet de l’ITIE à l’adresse suivante : www.eiti.org. Si vous souhaitez que les bulletins d’information ITIE et les autres mises à jour importantes sur l’ITIE vous soient envoyés automatiquement par e-mail, vous pouvez vous abonner à ce service sur le site Internet.
  12. Les demandes de renseignements émanant d’organisations autres que les médias peuvent être adressées au Secrétariat international de l’ITIE par téléphone au +47 22242105 ou par e-mail à secretariat@eiti.org.