Dernières nouvelles

Le rapport ITIE du Liberia comprend le premier audit ITIE « de ce qui devrait être payé ».

Le rapport ITIE montre un multiplication par cinq des revenus du gaz et du pétrole en 2011.

Le rapport ITIE de l'ITIE Liberia (LEITI) 2010/11 comprend une comparaison de ce qui a été payé avec ce qui aurait dû être payé, le suivi de la manière dont l'argent a été dépensé, de même qu'une réconciliation entre les paiements et les revenus.

L'audit « de ce qui devrait être payé » visait à comparer ce que les entreprises avaient payé avec ce qu'elles devraient avoir payé selon les conditions stipulées dans leurs contrats respectifs. La première tentative n'a pu être achevée que partiellement, les informations concernant la production n'étant pas disponibles pour la plupart des ressources. En effet, seulement certaines taxes payées dans le cadre de l'industrie forestière ont pu être audités. L'audit limité dans le secteur forestier a révélé des différences significatives entre les montants payés et les montants dus.

Le rapport comprend également le suivi de 12 millions de dollars US, soit environ 10% des revenus, de contributions spécifiques par les entreprises, qui doivent être assignées à certaines régions ou institutions pour le développement social. L'audit n'a trouvé que des écarts mineurs entre les agences de collecte et les bénéficiaires.

Les revenus fiscaux du Liberia issus des industries extractives a fait un bon de 70% en 2011. D'après le rapport ITIE de LEITI, le Liberia a reçu 117,5 millions de dollars US au cours de l'année fiscale 2010/11, soit 70% de plus que l'année précédente. Tous les secteurs, à l'exception de la sylviculture, ont plus contribué à la richesse nationale qu'auparavant. La plupart des augmentations sont dus au secteur pétrolier, dont les revenus ont quintuplé et représentent maintenant 42% des revenus totaux.

Une autre innovation du rapport LEITI 2010/2011 a été l'inclusion des contributions en nature. Onze entreprises ont donné une estimation chiffrée de leurs contributions aux communautés en termes de construction de routes, écoles, eau, infrastructures sanitaires, éducation, etc. pour un total de 13 millions de dollars US en sus des taxes collectées.

Audit du processus de post attribution des contrats publics

LEITI a aussi publié le premier « audit du processus de post attribution des contrats », qui a examiné les 68 contrats attribués par le ministère de l'Agriculture, NOCAL, l'autorité de développement forestier et le ministère des Terres, des Mines et de l'Énergie entre juillet 2009 et décembre 2011. L'audit a trouvé qu'environ 10% des contrats avaient été accordés conformément aux normes applicables et le reste n'était que partiellement conforme (37%) ou ne suivaint qu'un nombre significatif de régulations - comme l'absence d'appel d'offres - ou avait une documentation incomplète (53%). Le rapport d'audit contient des détails des normes violées ainsi que les documents manquants et présente des recommandations pour faire face aux défauts identifiés.

Dans un article du Boston.com, Alfred Brownell, un environnementaliste et membre du Conseil d'administration de LEITI estime que "l'attribution rapide et inappropriée de concessions aux multinationales représente un montant de 8 milliards de dollars US". C'est la moitié de l'investissement étranger direct que le Liberia a attiré depuis 2009...»

Dans le même article, le ministre de l'Information, Lewis Brown déclare que le gouvernement était conscient de ces problèmes.

« Nous réalisons le manque à gagner — il provient de nos conflits. Il ne va pas disparaître du jour au lendemain » a confié Brown au Boston.com. « Nous reconnaissons les lacunes ressenties en termes de capacités. »