Semaine de l'ITIE à Dakar : réunion du Conseil d'administration

Les membres du Conseil d’administration de l’ITIE et une centaine de parties prenantes se sont réunis à Dakar pour la 41e réunion du Conseil d’administration, à la veille de la Conférence africaine sur la transparence de la propriété réelle : Révéler les bénéficiaires effectifs en Afrique réunissant près de 250 participants et coorganisée par l’ITIE et le gouvernement du Sénégal.

Sénégal – le nouveau venu parmi les pays riches en ressources

Mankeur Ndiaye, Président du Comité National ITIE, déclare dans son discours de bienvenue au Conseil d’administration : "Au Sénégal, l’ITIE est considérée comme un outil politique efficace pour assurer la transparence dans la gestion des revenus des industries extractives".

"L’ITIE nous a permis de mieux comprendre la contribution réelle du secteur à notre économie nationale ainsi que l’impact sur les finances publiques et le développement au niveau local. Le code minier du Sénégal a été révisé et la constitution modifiée afin d’intégrer des principes et exigences de transparence."

Des représentants de gouvernements, d’entreprises et d’organisations de la société civile se sont retrouvés mardi pour une table ronde de haut niveau sur la transparence et la gouvernance du secteur pétrolier et gazier du Sénégal. Aïssatou Sophie Gladima, ministre des Mines et de la Géologie, a présenté les efforts entrepris par le gouvernement sénégalais visant à renforcer le cadre juridique du secteur pétrolier et gazier, y compris la répartition des revenus, le contenu local et la transparence de la propriété effective.

“Les découvertes de pétrole au Sénégal sont à la fois une opportunité et un défi” a déclaré le président de l’ITIE Fredrik Reinfeldt.

"Le Sénégal pourrait fournir de l’énergie à ses voisins et devenir une force stabilisatrice dans la région. Mais les découvertes de pétrole sont aussi un défi car les institutions nouvelles et assez fragiles seront soumises à des pressions. Les citoyens ont de nombreuses attentes et les tentations associées à l’industrie pétrolière signifient que les institutions du Sénégal seront mises à rude épreuve."

Les participants, y compris Dominic Emery de BP, Isabel Munilla d’Oxfam et Carolina Rojas, ministre adjoint des mines en Colombie, ont souligné dans leurs interventions l’importance de la transparence des contrats et de la propriété effective ainsi que d’avoir une collaboration étroite avec la société civile, constituer un capital confiance dans le secteur pétrolier et gazier et gérer les attentes dans le process de développement des découvertes offshore au Sénégal.

Geraud Moussarie, responsable pays de BP pour le Sénégal explique : "On ne s’enrichit pas immédiatement dès la découverte de pétrole et de gaz. On gagne beaucoup de travail supplémentaire".

Paver le chemin vers la Conférence mondiale de Paris 

Oleksiy Orlovsky, membre du Conseil d’administration, a annoncé que la prohcaine réunion de celui-ci serait accueillie par le gouvernement ukrainien à Kiev, en février 2019. Geneviève Jean-Van Rossum, représentante spéciale de la France pour la responsabilité sociale des entreprises, a annoncé que le gouvernement français accueillerait la Conférence mondiale 2019 de l’ITIE à Paris, avant le sommet du G7 prévu à Biarritz au mois d’août 2019. L’ITIE organise sa Conférence mondiale tous les trois ans. Sept conférences ont été organisées à ce jour, la dernière datant de 2016 à Lima.

Eddie Rich, directeur exécutif par intérim de l’ITIE explique aux membres du Conseil d'administration : "Ces événéments tous les trois ans ne servent pas seulement à promouvoir de nouvelles idées, à renouveler le Conseil d’administration et à permettre aux parties prenantes de se réunir, ils sont un catalyseur et permettent l’action."

"Ces conférences représentent l’occasion de souligner l’importance de l’ITIE dans ses pays de mise en œuvre et de s'adresser à un public plus large. Les ministres ainsi que d’autres participants se rendent à la Conférence prêts à prendre de nouveaux engagements, à montrer l’impact et à retrouver leurs pays pleins d’une nouvelle énergie et convaincus que l’ITIE est clé pour leurs réformes et leurs efforts."

Progrès significatifs pour la Papouasie-Nouvelle-Guinée

Alors que le Conseil d’administration parcourait le statut des Validations des pays de mise en œuvre, il décidait que la Papouasie-Nouvelle-Guinée avait fait des progrès significatifs dans la mise en œuvre de la Norme ITIE. Le Conseil d’administration a reconnu les efforts du pays dans la mise en œuvre de réformes permettant de traiter des faiblesses des systèmes de gouvernement et d’améliorer la transparence sur la participation de l’Etat dans les industries extractives du pays.

Autres questions traitées par le Conseil d’administration

La Norme ITIE devra être révisée en 2019 suite aux leçons tirées de la Validation et de la mise en oeuvre. Le Conseil d’administration invite à une consultation sur ce processus. Il s’agira de tirer les leçons de deux autres projets pilotes en cours – une plus grande transparence des entreprises d’Etat et la transparence du commerce des matières premières par l’Etat. Le Conseil d’administration a adopté son plan de travail pour 2019, y compris un soutien accru à la mise en œuvre dans les pays et des activités sur des domaines tels que la propriété effective, la transparence des contrats, les déclarations par projet. Le Conseil d’administration a conclu avec une discussion portant sur la nomination du prochain président de l’ITIE qui sera nommé avant la Conférence mondiale de Paris l’année prochaine.