Liban : en route vers l'ITIE

Selon le ministre libanais, les mesures appropriées doivent être prises dès le départ.

L'administration pétrolière libanaise (LPA), l'agence gouvernementale en charge du développement de ce secteur, souhaite faire du pays un exemple en matière de gouvernance dans l'industrie pétrolière et gazière. Dans cette optique, l'ITIE est perçue comme une étape indispensable, au moment où le Liban s'apprête à devenir un pays producteur de gaz et de pétrole.

S. E. M. Arthur Nazarian, ministre de l'Énergie et des Ressources Hydrauliques, a souligné ces développements lors de la journée libanaise du pétrole (LPD) qui s'est tenue à Beyrouth la semaine dernière.

Le ministre a annoncé que le Liban « travaillerait main dans la main avec le Secrétariat International de l'ITIE afin d'examiner ce qu'apporterait la mise en œuvre de ce projet au Liban », constituant ainsi une « étape préalable à la garantie d'un système de gestion transparent. » La journée libanaise du pétrole a servi de « plate-forme de discussion concernant les progrès effectués dans la création du secteur pétrolier, les défis à venir et les meilleurs moyens de développer ce secteur. »

La LPD s'est tenue au moment où une série d'articles parus dans les médias libanais soulignait la nécessité pour le Liban d'adhérer à l'ITIE, afin de garantir la bonne gouvernance de ce secteur. Étant donnée la nature fragmentée du paysage politique au Liban, les spécialistes estiment que la transparence est une condition essentielle de la confiance que la population accordera à cette industrie naissante.

Des institutions telles que l'institut de gouvernance des ressources naturelles (NRGI) ainsi que d'autres organismes locaux issus de la société civile ont également soutenu très fortement la mise en œuvre du projet avec l'ITIE, un outil jugé indispensable à la bonne gestion des revenus futurs.

Afin de présenter l'ITIE à un public plus large, les organisateurs de la LPD ont organisé une session modérée par M. Jonas Moberg, directeur du Secrétariat International de l'ITIE. Outre la présentation qu'il a faite de la Norme ITIE, M. Moberg a mis en avant les étapes importantes que le Liban était en train de franchir. Mohammed Al-Najjar, le coordinateur de l'ITIE au Yémen, a expliqué comment la collaboration de son pays avec l'ITIE avait permis d'établir la confiance entre les différents acteurs, et Tonje Gormley, l'un des avocats principaux de la firme Arntzen de Besche, a montré quels étaient les intérêts juridiques de l'ouverture des contrats. Enfin, Laury Haytayan, responsable régionale principale de la zone MENA pour la NRGI, a évoqué ce que l'adoption de la norme ITIE par le Liban impliquait concrètement pour le pays.

La situation politique actuelle bloquant le processus d'octroi des licences, le Liban est encore loin de pouvoir bénéficier des revenus de ses réserves pétrolières et gazières. Le ministre ainsi que les membres de la LPA souhaitent que le cadre permettant de gérer ces revenus de manière responsable soit en place quand ils commenceront à affluer. Selon le ministre, « c'est la première fois qu'un pays s'achemine vers une collaboration avec l'ITIE bien avant la découverte de pétrole ou de gaz. Le Liban souhaite ainsi s'assurer que tout sera fait dans les règles dès le départ ».