Dernières nouvelles

L’Argentine s’engage publiquement à adhérer à l’ITIE

Le 6 décembre 2017, le gouvernement national de l’Argentine, par l’intermédiaire de son ministre de l’Énergie et des Mines, José Aranguren, et de la chef du bureau de lutte contre la corruption, Laura Alonso, a déclaré son engagement à adhérer à la Norme internationale de l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (ITIE).

Lors de cet événement spécial, qui a été organisé par le ministère de l’Énergie et des Mines, le ministre Juan José Aranguren a déclaré : « Il est nécessaire que nous assumions la responsabilité de nos actions, que nous améliorions la gouvernance et que nous évitions des conflits dans nos pratiques de gestion des ressources naturelles, non seulement pour notre génération, mais aussi pour celles qui nous succéderont ».

Laura Alonso, chef du bureau de lutte contre la corruption, a indiqué que « cette initiative mérite qu’on la célèbre, car pour le Président, non seulement il est très important que chacun des ministres fasse preuve de leadership relativement aux politiques publiques dans son domaine de compétences respectif, mais également que ce leadership implique la promulgation de politiques de transparence et d’ouverture et souligne clairement les avantages de la transparence, du contrôle, de la lutte contre la corruption et de la promotion de la concurrence dans le secteur ».

Les représentants des entreprises extractives et de la société civile présents à l’événement ont également accueilli cette nouvelle avec satisfaction.

Ernesto López Anadón, président de l’Institut argentin du pétrole et du gaz (IAPG), et Marcelo Álvarez, président de la Chambre des entreprises minières argentines (CAEM), ont parlé au nom du secteur des entreprises. Marcelo Álvarez a reconnu le travail qu’il reste à accomplir en vue de renforcer la transparence, et a fortement insisté sur le fait que « ce processus est désormais bien établi dans le secteur minier de l’Argentine ». Entre-temps, Agustina De Luca, directrice générale de la Direction de la législation – pour le compte de la « plateforme argentine de dialogue sur l’utilisation durable des ressources naturelles » – a déclaré : « nous œuvrons depuis de nombreuses années à instaurer la transparence dans le secteur, et ce, avec différentes parties prenantes. Lorsque le gouvernement a fait part de ses intentions, nous nous sommes félicités de cette initiative ».

Compte tenu de cet engagement ferme de la part du gouvernement de l’Argentine à adhérer à l’ITIE et du soutien qu’il suscite auprès du secteur des entreprises et de la société civile, l’Argentine jouit d’une excellente position pour préparer une candidature solide.

Jonas Moberg, chef du Secrétariat international de l’ITIE, salue cette annonce et appelle l’ITIE à collaborer avec tous les acteurs en Argentine en vue d’améliorer la transparence dans les industries extractives du pays. À cet égard, la mise en œuvre de l’ITIE contribuera à résoudre les différends au sujet des activités minières et jettera les bases permettant de s’assurer que l’immense potentiel de l’Argentine dans le secteur des hydrocarbures se développe en appliquant les meilleures pratiques de gouvernance.

 

De gauche à droite sur la photo : Jonas Moberg, chef du Secrétariat international de l’ITIE ; Juan José Aranguren, ministre de l’Énergie et des Mines ; Marcelo Álvarez, président de la Chambre des entreprises minières argentines (CAEM) ; Laura Alonso, chef du bureau de lutte contre la corruption ; Agustina De Luca, coordinatrice de la plateforme de la société civile ; Juan Carlos Villalonga, député national et vice-président de la Commission des ressources naturelles ; Ernesto López Anadón, président de l’Institut argentin du pétrole et du gaz (IAPG).